Le Poème de Berlin ou Les Personnages de théâtre meurent dans la rue
Théâtre
Montreuil, janvier 2014

Texte Armand Gatti

Mise en scène Jean-Marc Luneau

Avec : Pauline Rumen, Marion Franqui et Sébastien Turner

Représentations du 18 au 20 janvier à La Parole errante à La Maison de l'arbre.

 

Fin 1968, Armand Gatti s'installe à Berlin où il a été invité comme écrivain résident. Il doit se lancer à la recherche de Rosa Luxemburg. Il écrira Rosa collective, puis Quatre schizophrénies à la recherche d'un pays dont l'existence est contestée ; il fera un film sur les immigrés espagnols, Le Passage de l'Ebre ; il travaillera avec des étudiants, des ouvriers turcs.
Mais à son arrivée, cette ville au statut irréel, cette Jérusalem politique le subjugue, le submerge. Il y retrouve tout ce qui fut jusqu'ici ses préoccupations. La guerre bien sûr, la résistance, la contestation, la condition ouvrière, l'immigration, le foisonnement artistique, quelques grandes figures de son panthéon personnel. La ville est un immense point d'interrogation. Il entreprend alors ce long poème Les personnages de théâtre meurent dans la rue qui deviendra Le poème de Berlin.
Le texte pose d'abord la question de la présence même de Gatti dans la ville. Quels "Je" sont en jeu ? Puis, puisque c'est à son statut de dramaturge qu'il doit d'être là, comment un artiste peut-il intervenir, par sa création, dans une ville dont la réalité dépasse l'imaginaire ? Et comme toujours chez Armand Gatti, l'écriture se questionne elle-même. Au "que dire ?" s'ajoute le "comment dire ?" Quelle langue, qui ne soit pas déjà une idéologie, pour dire Berlin ?


© Affiche : Auteur : Raymond Moretti - © : La Parole errante.

lien permanent

Ces Empereurs aux ombrelles trouées
Théâtre
Montreuil, janvier 2014


Ces Empereurs aux ombrelles trouées, pièce mise en scène par l'auteur et Matthieu Aubert. La pièce a été jouée les 23, 24 et 25 janvier 2014 dans les locaux de la Maison de l'arbre à La Parole errante à Montreuil-sous-bois, lieu de résidence d'écriture de l'auteur, à l'occasion de ses 90 ans.  Créée en 1991 au Musée Lapidaire dans le cadre du 45ème Festival d’Avignon, Ces empereurs aux ombrelles trouées s'écrit en huit « sourates » où parole et image s’affrontent pour restituer sur une scène de théâtre l’aventure collective de la sortie d’Égypte à la recherche du nom de Dieu. Un Dieu que se disputent depuis des millénaires les dignitaires religieux – ceux que Mao appelait ironiquement les « empereurs aux ombrelles trouées ». La pièce visite ainsi quelques moments clés de cette histoire conflictuelle des représentations et des appropriations du divin au sein des trois monothéismes, et au-delà. Y sont ainsi convoqués – entre autres – le concile de Nicée, la bataille de Poitiers, le procès du mystique soufi Hallaj, le trajet du théologien de la libération Camilo Torres et la Shoah... Initié en mars 2013 sous la houlette d’Armand Gatti et de Matthieu Aubert, un atelier réunissant un groupe de personnes de tous âges et de tous horizons débouche, presque un an plus tard, sur la recréation à La Parole Errante d’une partie de "Ces empereurs aux ombrelles trouées", pièce-fleuve inédite, jamais encore montée dans sa totalité.


Texte : Armand Gatti ; Mise en scène : Armand Gatti, Matthieu Aubert  ; Scénographie : Stéphane Gatti ;  Avec : Alexey Blajenov, Audrey Layris-Vergès, Camille Ferrand, Déborah Portnoï, Estelle Guérot, Flora Brousse, Hugo Botter, Jemma Saïdi, Leonor Illitch, Lucas Arnoldi, Lucie Guesnier,  Nicolas Sers, Rachid Belkaïd, Rehima Yahaoui, Sylvie Paoli, Tess Tracy ; Réalisation :  Stéphane Gatti : Mixage : Frédéric Ullmann.
Production : France, Montreuil : La Parole errante.


Un montage vidéo des captations a été réalisé par Stéphane Gatti : VOIR LA VIDEO

lien permanent

La Tribu des Carcana en guerre contre quoi ?
Ces Empereurs aux ombrelles trouées
Théâtre
Montreuil, août 2013

Vendredi 30 et samedi 31 août 2013, 20h30
à La Parole errante à La Maison de l'arbre, Montreuil :
Représentations de deux pièces d'Armand Gatti



20h30 – 22h > "La Tribu des Carcana en guerre contre quoi ?"


VOIR LA VIDEO DE LA CAPTATION


Pièce d'Armand Gatti.
Mise en scène : Armand Gatti et Mohamed Melhaa.
Intendant : Stéphane Gatti.
Chant : Naïma Arnault.
Avec les étudiants d'Arts du spectacle de l'Université Marc Bloch de Strasbourg : Anna Guzitashvili, Annabelle Henry, Camille Garcia, Charline Alexandre, Julie Imbert-Chazée, Malika Lorenté (violon), Marianna Gueorgieva, Maria Luisa Ugaz Merino, Matthieu Pequignot, Nadège Rigault, Naïma Arlaud (piano, saxophone), Sarah Verdeil.

"De retour en France, invité en 1974 (par le Théâtre Ouvert) au Festival d’Avignon, Gatti reprend sur nouveaux frais la problématique et le langage développés pendant ses années d’exil. (…) Carcana, c’est Durruti. Ses vies. Ses morts. Et son dilemme : faut-il d’abord gagner la guerre, puis faire la révolution (d’où une révolution inévitablement militarisée, et donc mort-née) ou bien faire tout de suite la révolution (et être aussitôt balayé par l’armée ennemie) ? Ou, autrement dit : faut-il toujours attendre (et quoi ?) pour annoncer que le moment de l’Homme Nouveau est arrivé ? Si le personnage de Carcana est inventé c’est pour permettre à Durruti de refuser ce dilemme. D’échapper aux sentences de l’Histoire. A la parcellisation. A l’instrumentalisation qu’impose cette Histoire (même si c’est pour devenir instrument de la révolution). Carcana, c’est la possibilité de redonner à Durruti — et à son combat — sa véritable dimension : la démesure. Une dimension qui fait de lui, déjà, un homme nouveau". (Michel Séonnet)

A la suite d'un travail entamé sur La Colonne Durruti avec ses élèves, Mohamed Melhaa, chargé de cours à l'université de Strasbourg et metteur en scène du théâtre de l'Algarade, leur a proposé de continuer avec le poète à la Parole errante. Au mois d'août, ils se sont réunis pour mettre en scène La Tribu des Carcana en guerre contre quoi ?


22h – 23h30 > "Ces Empereurs aux ombrelles trouées"

 

Pièce d'Armand Gatti.
Mise en scène : Armand Gatti et Matthieu Aubert.
Intendant: Stéphane Gatti.
Chant : Bianca Lanucci.
Avec Alexey Blajenov, Antinea Pérez Castro, Audrey Layris-Vergès, Catherine Rohner, Déborah Portnoï, Estelle Guérot, Flora Brousse, Georges Favre-Rochex, Hugo Botter, Jemma Saïdi, Leonor Illitch, Lise Lagnel-Lefèvre, Lucie Guesnier, Marie Martinez, Maxime Huet-Monceyron, Nicolas Sers, Rachid Belkaïd, Rehima Yahaoui, Samira Baibi, Sylvestre Leservoisier, Sylvie Paoli, Tess Tracy, Yoann Daunay.

Depuis mars dernier, un groupe d'une vingtaine de bénévoles de Montreuil et d'ailleurs, chômeurs, travailleurs, artistes, retraités, étudiants se réunissent chaque mois autour d'Armand Gatti, et vous présentent la première étape de leur travail. Matthieu Aubert, metteur en scène de la compagnie Idéokilogramme, a choisi de revisiter Ces Empereurs aux ombrelles trouées, pièce pour laquelle il porte un projet d'édition avec l'Entretemps à Montpellier.

Créée en 1991, au Musée Lapidaire dans le cadre du 45ème Festival d’Avignon, cette pièce met en scène les religions monothéistes et la question de Dieu dans l'Histoire des Hommes. Sous forme alors d'un débat théâtral. Les répliques se partagent entre les acteurs et les spectateurs, sur les chemins de la bataille de Poitiers où mots latins et arabes vont s'affronter. Le débat se déplace sur la route de Nicée où furent prononcées les dernières heures du combat entre la parole et l'image, à Bagdad pour le procès d'al-Hallaj... Il continue sous l'œil bienveillant du Dieu Sérapis et du bâton de Moïse... Qu'est-ce que nous cherchons? Décliner le nom de Dieu… Les décliner tous… en parallèle avec l'extinction des étoiles. A chaque nom décliné, une étoile s'éteint. Sous chaque étoile qui s'éteint, il ne reste plus rien, même si tout continue comme avant.


 

 

 

 

lien permanent

Rosa Collective
Théâtre
Montreuil, août 2012

Du 1er août au 1er septembre 2012, La Parole errante a accueilli en résidence à la Maison de l'arbre de Montreuil, la nouvelle création théâtrale d'Armand Gatti :

Rosa Collective.
 

Générale publique le JEUDI 30 AOUT à 20h30

Représentation le VENDREDI 31 AOUT à 20h30 

Représentation supplémentaire le SAMEDI 1er SEPTEMBRE à 20H30

 

Mise en scène : Armand Gatti assisté de Matthieu Aubert, Mohamed Melhaa.
Scénographie : Stéphane Gatti assisté de Emmanuelle  Amann, Alex Meunier, Jean-Marc Luneau, Benjamin Gatti.
Avec :  Matthieu Aubert,  Mohamed Melhaa, Audrey Olivetti, Léa Loyer, Souliko Tchkaïdzé, Delphine Didier, Pauline Rumen, Myriam Saingre, Ornella Baccarani, Noémie Beauvallet, Camille Ferrand, Jean-Paul Iwanon, Sébastien Turner, Hugo Botter, Lucas Arnoldi.

Coordination : Hélène Châtelain, Audrey Olivetti.

Production : La Parole errante, direction Jean-Jacques Hocquard & Armand Gatti. 

Administration : Chantal Duquesnoy. 

Documentation / Web : Tiffany Anton.

 

Historique de Rosa Collective
Exilé à Berlin, suite à l’interdiction de La Passion en violet, jaune et rouge (appelée premièrement La Passion du Général Franco), Gatti plonge dans l’histoire de Rosa Luxemburg, révolutionnaire, dont l’assassinat en 1919 mit fn à la révolution spartakiste et lui consacre une pièce. Que reste-t-il de Rosa dans les combats d’aujourd’hui ?
1971 : Rosa Kollektiv, les 3, 6, 14, 21 et 28 avril, 4 et 13 mai, 5 et 17 juin au Staatstheater de Kassel, République Fédérale d'Allemagne. Mise en scène : Kai Braak, Günter Fischer et Ulrich Brecht. Décors : Thomas Richter-Forgach.
1971 : Rosa Spartakus prend le pouvoir : lecture de la pièce Rosa Collective par Armand
Gatti sur invitation de Lucien Attoun (Théâtre Ouvert) dans le cadre du XXVe Festival d’Avignon, à partir du 8 août, Chapelle des pénitents blancs (4 représentations). Production : Théâtre ouvert.
1974, 6 juillet : Première déclinaison Rosa, Rosa, Rosa : Rosa Collective. Pièce radiophonique diffusée France Culture. Version différente de la pièce initiale. Collection : Nouveau répertoire dramatique, Lucien Attoun. Réalisation : Jean-Pierre Colas.

Panorama de presse sur la création théâtrale d'Armand Gatti Rosa Collective
les 30, 31 aôut et 1 septembre 2012 à La Maison de l'arbre (La Parole errante, Montreuil)

 

lien permanent

Les Arches de Noé
Les Sept possibilités du train 713 en partance d'Auschwitz

Toulouse, Vienne (Autriche), Rochester (Etats-Unis)
de 1986 à 1988

1986 : Les Arches de Noé . Première version de Les Sept possibilités du train 713 en partance d'Auschwitz.
Dernier trimestre, début du Troisième stage CRAFI - Collectif de recherche sur l’animation, la formation et l’insertion - mené à l’Archéoptéryx, Atelier de création populaire à Toulouse (dirigé par Armand Gatti) à Toulouse. Le 28 janvier 1987, représentation de Les Arches de Noé, au théâtre Berthelot à Montreuil-sous-bois. Texte d'Armand Gatti. Mise en scène Armand Gatti et Hélène Châtelain. Costumes : Véronique de Bellefroid, Jocelyne Carlet. Décors : Didier Coulon, Michel Cornu. Musiques: Daniel Souques. Lumières : René Rey. Son : Joseph Pantusi. Interprètes (stagiaires CRAFI et al.) : Daniel Souques, Félix Moussié, Michel Cornu, Béatrice Dominguez, Mohamed Oulladi, Pascal Pomier, Jean-Serge Molla, Eric Vincelot, Sabine Audouin, Julien Bassouls, Miguel Cannone, Renaud Cousin de Mauvoisin, Françoise Goepfert, Lysiane Laboué, Claude Mennadi, Patrick Slaminck.

1987 : Deuxième version : Die sieben pöglichkeiten des Zuges aus Auschwitz (= Les Sept possibilités du train 713 en partance d’Auschwitz), représentation le 26 mars au Dramatisches Zentrum de Vienne, Autriche. Texte et mise en scène : Armand Gatti.

1988 : The Seven possibilities of train 713 departing from Auschwitz (= Les Sept possibilités du train 713 en partance d’Auschwitz), représentations du 19 au 23 avril au Todd Theater de l’Université de Rochester, État de New York, Etats-Unis. Texte et mise en scène : Armand Gatti. Scénographie : Stéphane Gatti. Musique : Scot Brown, Werner Rodler. Traduction : Teresa Jillson.

lien permanent

Nous, Révolution aux bras nus
Toulouse, 1988

Nous, Révolution aux bras nus, spectacle monté dans le cadre du quatrième stage de réinsertion - Collectif de recherche sur l’animation, la formation et l’insertion (CRAFI) - mené du 9 mai au 21 octobre 1988 à Toulouse. Représentations les 4 et 5 juillet. Texte et mise en scène : Armand Gatti. Assistant à la mise en scène : Alexandre Gaudart. Décors : Didier Coulon. Costumes : Véronique de Bellefroi.

lien permanent

Les Combats du jour et de la nuit 
à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis
Fleury-Mérogis, 1989

Les Combats du jour et de la nuit à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, (Premier titre : La Bastille répond occupé) : Création réalisée à l'occasion du bicentenaire de La Révolution française et dans le cadre d’un stage de réinsertion organisé par le ministère de la Justice à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Représentations du 25 au 28 avril 1989 au bâtiment D2 de la maison d'arrêt. Texte et mise en scène : Armand Gatti. Assistant à la mise en scène : Alexandre Gaudart. Scénographie et costumes : Stéphane Gatti. Interprètes : Détenus de la Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Production : La Parole errante avec le soutien du Ministère de la Justice, Ministère de la Culture, de la Mission du Fonds social européen , ...et al.

Un documentaire vidéo du même titre qui relate cette expérience menée à la maison d'arrêt a été réalisé par Hélène Châtelain.

lien permanent

Le Cinécadre de l'esplanade Loreto
reconstitué à Marseille 
pour la grande parade des pays de l'Est
Marseille, 1990

Le Cinécadre de l’esplanade Loreto reconstitué à Marseille pour la grande parade des pays de l’Est, représentations les 9, 10, 11 et 12 juillet 1990, dans le studio de FR3 Provence-Côte d’Azur, dans le cadre de « L’Été marseillais », stage de réinsertion, organisé par la Mission locale des XVe et XVIe arrondissements. Texte et mise en scène : Armand Gatti assisté de Baldwyn de la Bretèche, Alexandre Gaudart, Najib Ghallale. Scénographie et costumes : Stéphane Gatti assisté de Lydie Planas. Musique : Martine-Joséphine Thomas. Lumières : Didier Blin. Interprètes (stagiaires de « L’Été marseillais ») : Aimée Abbadini, Muriel Abeille, Hervé Barety, Lydia Di Matteo, Dominique Feri, Nadège Fleurie, Luc Fleury, Azzedine Hammache, Amar Khennouf, Yvette Moreau, Hachmi Rebai, Daniel Royo, Idir Tighilet, Morad Tighilt, Philippe-Maëva Tuhiti, Eric Unglas. Production : La Parole errante avec le soutien de la Ville de Marseille, le Conseil Général des Bouches du Rhône, Direction régional des Affaires culturelles de la Région Provence Alpes Cotes d'Azur,...et al.

Captation vidéo de la pièce réalisée par Stéphane Gatti.

Documentaires autour de la création :
-La Reconstitution de l'esplanade Loreto réalisé par Stéphane Gatti.
-Qui suis-je ? réalisé par Hélène Châtelain.
-Jamais à Marseille le chant des oiseaux n'avait été si fraternel, entretien d'Armand Gatti réalisé par Stéphane Gatti.

lien permanent

Ces empereurs aux ombrelles trouées
Avignon, 1991

Ces Empereurs aux ombrelles trouées, du 9 au 19 juillet 1991 au Musée lapidaire (10 représentations). Dans le cadre du XLVème Festival d’Avignon, création d’un spectacle avec des habitants des quartiers périphériques . Texte et mise en scène : Armand Gatti. Scénographie : Stéphane Gatti. Costumes : Evelyne Paoli. Assistanat à la mise en scène : Najib Ghalale, Baldwin de La Breteche. Musique : Jean-Paul Olive, Arnold Schoenberg (opéra de Moïse et Aaron). Direction du chant : Jean-Paul Olive . Construction du décor : Films et Forme. Régie générale : Didier Blin. Lumières : Didier Blin. Collaboration à la régie : Clarisse Gatti, Julien Bassouls. Régie son : Jean-François Priester. Vidéo : Stéphane Gatti. Production : La Parole errante, Institut supérieur des techniques du spectacle d'Avignon, MJC Croix des Oiseaux (Avignon) et Festival d'Avignon. Interprètes : Brahim Belaidi, Guy Belaidi, Sabine Blachere, Farid Boughalem, Claire Bourdelier, Sarah Franco-Ferrer, Antonio Manzanera, Malika Mazari, Joël Milland, Vincent Ozanon, Youssef Ragouche, Myriam Ricaud, Serge Salvador, Frédéric Vouland, Assila Yahiaten et Mathias Beyler.

Thème choisi pour cette pièce, la mort du Pape Jean-Paul Ier, décédé en 1978 après 33 jours de pontificat.

Autour de la création :
- un documentaire La Réponse à Shoenberg réalisé par Stéphane Gatti.
- une exposition, Traces du voyages d’Armand Gatti en Avignon, conçue par Michel Séonnet et Stéphane Gatti. Ouverte du 5 au 30 juillet à la MJC de la croix des oiseaux, cette exposition revient sur l’écriture de la pièce par Armand Gatti et le travail mené avec les habitants des quartiers périphériques.

Nouvelle création en 2013-2014.

lien permanent

Adam quoi ?
Marseille, 1993

La pièce de théâtre Adam quoi ? a été créée à la suite des représentations de Le Chant d'amour des alphabets d'Auschwitz (1993, Seine- Saint-Denis. Même sujet : la shoah.

Texte et mise en scène d’Armand Gatti. Musique de Jean-Paul Olive. Lumières : Marc Delamézière Réalisation vidéo de Stéphane Gatti. Ce spectacle a été créé avec environs quatre-vingt stagiaires dans le cadre d’un stage organisé par Culture Promotion Méditerranée.
Interprètes (stagiaires Culture promotion méditerranée et accompagnants) : Dominique Ducornez, Julien Moine, Elisabeth Bertini, Gilles Delpappas, Madeleine de Staffolie, Lucien Fernandez, Ghalem Goual, Thierry Montagne, Choukri Abidelli, Brahim Chekli, Antoine Giraudau, Kerwin Myrtil, Guylaine Renaud, Muriel Abeille, Constantin Bazakas, Léa Dant, Léocadie Ornh, Geoffroy Rullier, Ali Ahmed, Boumédienne Bouriche, Ersan Ergenekon, Sylvie Kuniekow, Eric Unglas, Hubert Ganantchain, Marie Martinez, Christian Napoleoni, Anne-Marie Ventur, Bob Bader, Véronique Lohou, Christophe Roussel, Philippe Maurin, Anny Notin, Pascale Severac, Sophie Vincent, Nabila Zein, Antoine Cortes, Jeanine Guérin, Marie-Jo Ordener, Jean-Baptiste Simonetti, Patrick Ugo, Muriel Benhaïm, Caroline Gamel, Jeanne Goumeziane, Marilaure Mahe, Florence Roda, Douar Atmani, Jacky Blanco, Sarah Franco-Ferrer, Kamel Saleh, Patrick Miceli, Marielle Bourges, Christine Ferrant, Axel Georget, Fabienne Pache, Renaud Dramais, Béatrice Sberna, Dominique Ruse-Marlay, Hélène Bez, Karim Houssein, Laurence Pelletier, Patrick Cofin, Marianne Escudier, Alix Honoré, Emmanuelle Valat, Frédéric Renaud, Vincent Casamata, Christophe Daucé, Enrique Molina, Sandrine Sellin, Aline Soler, Sébastien Durupt, Idir Tighilet.

Spectacle en deux parties (La Préparation et La Rencontre) présenté sur deux jours, les 26-27 juillet, les 28-29 juillet, les 30-31 juillet 1993 dans 10 lieux de la ville de Marseille ( l’Ecole Yavne, le théâtre Toursky, etc... Voir document ci-dessus). Le transport de lieu en lieu se faisant en bus.

Autour du spectacle : une exposition de Stéphane Gatti, L’Eternel joue du shofar à Friche la Belle de Mai du 5 au 31 juillet 1993.

Production : La Parole errante, Le Théâtre Massilia, Théâtre Toursky, Lieux publics, Système Friche Théâtre, Théâtre du Merlan.

lien permanent

pages (1) 2