DECEMBRE 2012

 

 

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan



Lors des manifestations se déroulant dans la grande salle,

  vous avez accès à l'exposition :   La Traversée des langages d'Armand Gatti


 


Dimanche 2 décembre 2012 à 15h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

Entretien avec René Schérer, philosophe de l’enfance 


Ecoute collective du document sonore (40mn) et discussion
 


L’ enfance est au centre de l’oeuvre du philosophe René Schérer, que ce soit dans des livres comme Emile perverti, Une érotique puérile, ou Enfantines, en collaboration avec Guy Hocquenghem (Co-ire, album sytématique de l’enfance), ou encore à partir des textes de Charles Fourier (Vers une enfance majeure).
«Enfance buissonière» est un groupe qui travaille à rouvrir des questionnements sur la catégorie de l’enfance, par des rencontres et des réflexions collectives, des publications et diffusions de bro- chures et d’une gazette. (Un site internet : enfancebuissonière.org, réunit l’ensemble de ces écrits, ainsi que les récits de ses réunions et de nombreux autres textes.)

Quatre personnes attachées à enfance buisso- nière ont rendu visite à René Schérer un jour de novembre 2010 pour enregistrer ses paroles à propos de l’Enfance.


Du 6 décembre au 29 décembre 2012

du mardi au samedi 14h30-19h


Vernissage jeudi 13 décembre à partir de 19 heures


Grande salle

EXPOSITION




Stephan Zaubitzer


Dans la poursuite de sa série "Grands écrans" consacrée au salle de cinéma du monde entier, Stephan Zaubitzer s'installe en Seine Saint-Denis pour dresser le portrait des salles arts-et-essais du département et de ceux qui les font (programmateurs, projectionnistes, spectateurs...).
Ce travail a fait l'objet d'une double restitution : des films réalisés à partir des photos ont été projetés dans l'ensemble des salles de département à l'occasion des Rencontres cinématographiques en Seine-Saint-Denis (du 16 au 25 novembre 2012) ; une exposition,
cinécité93,  mêlant ces images à celles des salles d'autres villes (Bombay, Le Caire, Ouagadougou...) est présentée à La Parole errante à La Maison de l'Arbre.



Ce travail est produit par l'association l'œil en cascade, avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis.


Samedi 8 décembre 2012 à 18h

Grande salle
 

Un temps à deux pattes
 

récit pour les yeux écrit et joué par Jean Bojko


présentation unique et exceptionnelle



"Un temps à deux pattes est avant tout un hommage à tous ces gens très ordinaires qui accomplissent cette odyssée périlleuse et héroïque qu'est la traversée de la vie. C'est aussi un clin d'oeil à dame vieillesse qui nous aime tant et patiente, nous attend."


"Seul en scène près d’une heure et demie, sans relâche, Jean Bojko nous emmène avec verve, chaleur, humour, révolte, dans une histoire entre Nièvre et Carpates, deux anciens soldats devenus octogénaires s’étant liés à la guerre étant originaires de ces deux lieux, s’étant promis de se revoir avant de mourir. Si bien que l’un et l’autre se mettent en route pour un rocambolesque voyage à pieds en bus en vélosolex, sans savoir que l’autre fait de même. Au passage descriptions fantastiques des pays, mœurs, régimes politiques de la vieille Europe.

"Bojko  mime, jouant tous les personnages, c’est fascinant. Par son pouvoir de suggestion il nous sort, et c'est son but,  de notre condition de spectateur pour faire de nous des cinéastes à part entière avec l'imaginaire à fleur de peau. Le chemin qu'il nous fait parcourir est renversant!" Festival Visage / Martigny / Suisse.

 


Samedi 15 et dimanche 16 décembre 2012 à 15h

Grande salle

Archives Getaway

Luttes sociales -Groupe révolutionnaire


Nous collectons des tracts, brochures, affiches, livres, objets, sons, images, films liés aux luttes sociales et groupes révolutionnaires. Notre intérêt se porte sur la période allant des années 60 à aujourd’hui, sur ce qui s’est produit au plus près des luttes, qui émane principalement de collectifs éphémères et de mouvements tendant à dépasser le cadre des partis et syndicats, et qui donc, bien plus que les livres édités, est amené à disparaître si on n’en organise pas la conservation.

À partir de ces matériaux nous proposons d’organiser du travail collectif, public quand cela s’y prête, que cela soit pour enquêter à partir de documents, vérifier ou invalider une hypothèse, élaborer l’édition ou la réédition d’un texte, écrire un fragment de l’histoire des luttes.

Une brochure de présentation et d'invitation au projet est diffusée en version papier, elle est aussi consultable ici.

www.getaway.eu.org

 


Lundi 31 décembre 2012


Grande salle

Bal Folk

 

 

 

 

Bal organisé par Carambal avec

Le Balchimiste, Accordzeam, Ciac Boum, Duo Absinthe.

Bal suivi d'un boeuf non sonorisé avec les musiciens présents.

Initiation aux danses folk de 18h15 à 19h45.

Possibilité de diner sur place (uniquement sur réservation).

Entrée/plat/dessert/2 boissons avec ou sans alcool : 12€

Tarifs, réservations (uniquement sur le site) et informations www.carambal.fr.
 

 

La Parole errante ne gère pas les réservations 

 

 

 

 

 

 



lien permanent

NOVEMBRE 2012

 

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan



Lors des manifestations se déroulant dans la grande salle,

  vous avez accès à l'exposition :   La Traversée des langages d'Armand Gatti


 

Dimanche 4 novembre 2012 à 19h30


 Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)


La tension insurrectionnelle


Discussion avec les auteurs de «La tentation insurrectionniste» (Jacques Wajnsztejn et C. Gzavier) et quelques participants à la 3ème fournée de la revue Nous Autres.

 

Écrit par des membres de la revue Temps Critiques, La tentation insurrectionniste (édition Acratie) étudie les théories et pratiques qui se réfèrent centralement à “l’insurrection”, terme dont le regain ces 15 dernières années soulève beaucoup de questions.
 « L’insurrection, nostalgie ou néces- sité de notre temps ? ».
Ce livre revient sur les filiations théoriques de cette tendance à partir d’un large corpus, en analysant les positions théoriques et les actions d’un certain nombre de groupes et revues, des Fossoyeurs du vieux monde à Os Cangaceiros, de la bibliothèque des émeutes à l’Appel et Tiqqun. À partir d’autres conceptions du pouvoir et de l’Etat, les auteurs exposent ensuite les limites pratiques et théoriques qu’ils y trouvent: la ligne de partage ami/ennemi, l’apologie de l’émeute et l’entre soi qui va avec.
Dans son dossier intitulé « Le monde est-il fragile comme une vitrine? », la revue Nous Autres évoque le même sujet, mais en partant d’expériences plus “militantes”, de l’intérieur. Un premier texte écrit par des activistes espagnols dresse le bilan critique de 10 ans d’expérience accumulée en Espagne parmi les anarchistes, les communistes et les autonomes autour de cette idée d’insurrection. Un autre revient sur des luttes anti-carcérales à Berlin, et un dernier interroge le lyrisme messia- nique de « l’insurrection qui vient » .


 

Mardi 6 novembre 2012 de 23h à 0h

 

RADIO : France Culture

Les ateliers de la nuit : Paroles errantes

mardi 6 novembre 2012 : 23h-0h

 

 

L'ATELIER DE LA CREATION

Paroles Errantes par Andréa Cohen / Réalisation : Gaël Gillon


En mai et septembre dernier, Andréa Cohen et La Parole errante ont lancé un appel aux Montreuillois issus de culture étrangère, pour une collecte de paroles liées à la transmission. La création radiophonique, Paroles Errantes, est née de cette collecte. 

 

En savoir plus : http://la-parole-errante.org/index.php?art=77


 

Samedi 10 novembre 2012 à 21h


Grande salle

Montreuil-Roma : Le Bal rital
 

Avec le groupe Télamuré et ses invités


Un vrai bal populaire, qui vous plongera au coeur d'une fête italienne. Si vous voulez danser à la folie sur les rythmes effrénés de la tarantella, vous abondonner au son des vieilles chansons et des chanteurs au petit accent et au grand sourire... Bienvenue en Ritalie !

 

Tarif unique : 5€

 

Soirée organisée dans le cadre de Montreuil-Roma du 8 novembre au 16 décembre 2012

par le Théâtre de la Girandole à Montreuil

(Renseignements : 01 48 57 53 17)

 


 

Jeudi 15 novembre 2012 à 20h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

Sur quoi, sur qui, porte l’écologie?


Discussion autour d’écologie politique, cosmos, communautés, milieux

(ed. amsterdam)



Les textes rassemblés par Emilie Hache, pour la plupart des traductions d’articles ayant eu jusqu’ici peu d’échos en France, partent d’une même question : « Sur quoi porte l’écologie? ». Souvent dans une perspective constructiviste et pragmatique, ces textes ont en commun d’y répondre en refusant l’évidence de la “nature” comme objet privilégié de l’écologie.

Ce recueil nous interroge non pas sur ce que chacun devrait faire pour préserver des bouts de nature “sauvage” tout en continuant à « habiter un monde au bord du gouffre », mais sur nos manières de nous penser comme humains distincts des non-humains, sur la pluralité des mondes, et sur ce que peut être une communau- té d’êtres hétérogènes. Il s’agit pour l’écologie de « construire une politique des espèces com- pagnes, contre un environnementalisme oppo- sant grossièrement humains et non humains ».


 

Mercredi 21 novembre 2012 à 19h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

Réunion ouverte du Café Michèle Firk

 
Venez avec de quoi boire et manger pour proposer des débats, des ateliers, des livres, des coups de main et vos envies de participer au café-librairie.



 

Samedi 24 novembre 2012 à 16h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

 Lecture de Contes

 La vieille idiote de sale moche qui pue


A partir de 5 ans

 Sika Gdlondoumé, conteuse et chanteuse, propose un tour de conte autour de la sorcellerie pour voix et ukulélé.
Une course poursuite avec une vieille idiote, un troupeau de vache menaçant, et d’autres petites histoires pour frayeur à emporter...
Pour finir, elle présentera son livre Marche ou rêve, illustré par Tom Haugomat et édité par le Collectif des métiers de l’édition.


 

Dimanche 25 novembre 2012 à 15h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

Palabre mensuelle autour des livres à Michèle  


 Une invitation à prendre régulièrement le temps de discuter des livres, à partager une visite gui- dée des rayons de la librairie, une présentation des dernières arrivées, un éloge des textes aimés, ou une polémique sur des choix moins partagés.
C’est dimanche. Palabre et thé chaud.



 

 

lien permanent

OCTOBRE 2012

 

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan


Lors des manifestations se déroulant dans la grande salle,

  vous avez accès à l'exposition :   La Traversée des langages d'Armand Gatti


 

les 3, 4, 5 octobre à 21h


Grande salle

Valère Novarina
La Chair de l'homme

 

Informations :  télécharger le flyer Tarifs : 14€-10€. Réservations : 06 32 38 17 42

 




Du vendredi 5 au vendredi 26 octobre 2012


Amphithéâtre extérieur (entre les n°3 et 7 de la rue François Debergue)

 

Gekay : on the wall

 Exposition de photographies de Gekay

 

Vernissage-collage le vendredi 5 octobre à 19h

Finissage-collage le vendredi 26 octobre à 19h 

 


 


Gekay est un photographe qui parcourt le monde depuis plus de 20 ans. Son objectif s'est posé à Shangai, Mexico, Paris, New-York, Venise...


Plus que des clichés traditionnels, je cherche à photographier les détails, fragments, notamment sur les affiches publicitaires.
Sans retouches, mes photos sont prises 'in situ' dans la rue....À vous de voir !


 

 



 

 

 

Visitez la Page 

  Street art photographies, by Gekay.

 


 

 

 

 

 

Trois ouvrages ont été publiés aux

éditions PC 

New-York Street Art (2001) / Venise Street Art (2002) / Marrakech Street Art (2004)


Expositions récentes :

2012 EAG à Bruxelles / 2011 Xpower Gallery à Tappei / 2010 Larcade Gallery à Paris / 2009 Galerie B à Pont-Aven.

 

Images de l'inauguration de l'exposition Gekay on the Wall


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vendredi 5 octobre 2012 à 20h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)


Discussion publique autour du livre

Do it yourself ! 

Autodétermination et culture punk

en présence de l'auteur Fabien Hein

Edition le passager clandestin

 

Un la, un mi, un sol, « Voici un accord, en voici un autre, en voilà un troisième, maintenant monte ton propre groupe » : avec cette affirmation anti-star system, le fanzine britannique Sideburns se fait l’écho en 1976 d’un principe fondamental du punk de cette période. Opposant à la fascination du talent a priori nécessaire pour faire de la musique un besoin d’expression et de création, de nombreux groupes et fanzines punks travaillent à ce que le style DIY se propage.
C’est un outil pour mettre des mots sur une colère diffuse et partagée contre les manifestations du capitalisme : exploitation, injonction à la compétitivité et à la rentabilité, mais c’est aussi comme la mise en pratique d’une solide auto-organisation. Il s’agit pour les parties prenantes de ce mouvement de marquer une nouvelle manière de faire de la musique, de la produire, de la diffuser, de la vendre. De poser en acte une autre idée de la production par le travail coopératif et le développement d’une autonomie vis-à-vis de la production musicale.
Plusieurs expériences sont tentées, certaines, comme Digital records, réussissent dans les 70’s à lier mutualisation des revenus et faible coût de vente. Mais des scissions à l’intérieur du punk se font l’écho d’une utilisation purement mercantile de l’étiquette punk comme ce fut le cas des Sex Pistols. Une volonté de maintenir ou de rendre visible et transmissible les principes qui font exister l’esprit "Do it yourself" se développe à travers des brochures, des fanzines mais avant tout par des pratiques de vie ou des manières de voir.
Mais c’était les années 1970 et tout le mouvement n’a pas esquivé la baisse d’énergie qu’a connue le mouvement social dans les années 1980 ou 90.
Ce sont certaines de ces questions que pose Fabrice Hein dans son livre Do it yourself. Bien qu’étant sociologue, il nous épargne les égards universitaires pour se concentrer sur une analyse claire, nous permettant de le lire en écoutant un live de fugazi et en sirotant quelques bières.
La rencontre avec l’auteur est également une invitation à discuter du mouvement DIY à Paris et des prolongements qui continuent d’exister encore aujourd’hui. Tous les intervenants sont les bienvenus.



Samedi 6 octobre 2012 -  de 20 h jusqu'au bout de la nuit


Bal Folk

 Préventes et informations sur :

www.carambal.fr




Du lundi 8 au lundi 15 octobre 2012


Festival "Elles résistent"

 Expositions / Théâtre/ Performances / Débats / Films/ Concerts

Grande salle

 

Durant 8 jours, des personnes, des artistes, des groupes se rencontrent et confrontent leurs pratiques artistiques militantes personnelles et collectives autours de trois directions :  

- Constats/Etat des lieux  

- Résistances aux violences masculines et sociétales.  

- Luttes et Utopies féministes ?



 


Mercredi 10 octobre 2012 à 19h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)


Assemblée ouverte Michèle Firk


Venez avec de quoi boire et manger pour proposer des débats, des ateliers, des livres, des coups de main au Café-librairie Michèle Firk. 



Vendredi 12 octobre 2012 à 20h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

JU-JITSU & POLITIQUE
L'art du levier : discussion publique

 

« Jujitsu politique – L’art du levier » présente comment certains activistes retournent des outils « ennemis » pour résoudre les problèmes qu’ils rencontrent dans leurs pratiques. Le principe de ces opérations est celui du jujitsu politique : utiliser d’autres forces que les siennes pour modifier une situation. Ces procédés de détournement et d’amplification sont à la base de toute mécanique – utilitaire, guerrière ou scientifique. Ils passent par des combinaisons nouvelles et imprévues de forces et d’outils, et parfois par le simple retournement de l’arme dans un sens contraire.

Nous analysons ici 5 détournements dans les champs de la propriété intellectuelle (copyright & copyleft), des procès politiques (faire du tribunal une tribune), des médias (storytelling & contre-storytelling) des banques (crédit à la consommation & insolvabilité) et de l’habitat (droit des affaires & propriété coopérative anti-spéculative).

Le vendredi 12 octobre, à 20h, nous organisons une discussion-apéro autour de ces stratégies de détournement à la librairie Michèle Firk. Un des articles est publié sur http://www.article11.info/?Jujitsu-politique-le-contre

La brochure "Jujitsu politique" est disponible aux librairies Michèle Firk, le Merle moqueur, le Genre urbain, Quilombo, Publico... Pour tout commentaire & pour demander la version pdf, n'hésitez pas à nous écrire à larotative1@gmail.com.

 


Mardi 16 octobre 2012 à 18h30


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)


Deuxième réunion pour la création des

Bibliothèques Armand Gatti


C’est en liaison avec le Café-librairie que va s’ouvrir dans un lieu plus protégé, plus secret, plus silencieux, situé au sous-sol de la maison de l’Arbre et s’ouvrant sur les arbres. Une bibliothèque associative, elle aussi, qui s’est mise aussitôt à revendiquer le pluriel : les bibliothèques Armand Gatti, qui font écho, prolongent et interrogent une des œuvres les plus foisonnantes du siècle.

En savoir plus : lien vers www.armand-gatti.org/ Les Bibliothèques Armand Gatti/ lettre N°2

 


Vendredi 19 octobre 2012 à 19h30


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

Discussion publique autour du livre

 RACE ET CAPITALISME

En présence des auteurs : Félix Boggio Éwanjé-Épée, Stella Magliani-Belkacem  & Sadri Khiari   
Editions Syllepse


 En France, quand elle n’est pas tout simplement ignorée la question raciale est prise en tenaille. Il y a d’abord celles et ceux, les plus nombreux à gauche, qui en font une sorte de menace à la prise en compte des classes sociales et de l’exploitation économique. Il y a ensuite celles et ceux qui souvent en réaction aux premiers, soulignent l’importance de traiter la race comme une construction identitaire. Si l’on reconnaît alors au racisme et aux processus de racialisation la capacité de structurer le monde social, c’est au prix d’une séparation entre les problèmes liés à l’identité ou aux représentations d’une part, et les questions relatives à la domination sociale, au fonctionnement du capitalisme et aux luttes populaires d’autre part.

La volonté qui traverse ce recueil est de donner à voir des points de vue, souvent non francophones, qui ne cèdent ni sur l’autonomie propre de la question raciale en tant que telle, ni sur son imbrication avec les luttes de classe, avec la problématique du droit à la ville ou encore sur les aspects économiques des disparités raciales. Tout en présentant sous une forme didactique une recherche encore à mener en France, le livre s’efforce aussi d’introduire les premiers jalons d’une réflexion stratégique globale contre le système raciste, qui considère autant les défis posés par l’organisation autonome des non-Blanc-he-s que les enjeux d’une alliance avec les couches populaires blanches et leurs organisations.

 


Vendredi 26 octobre 2012 à 19h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

Discussion publique

 AUTOGESTION DU 3E ÂGE : L’EXEMPLE DES BABAYAGAS

 

En présence de femmes participant au projet de la Maison des Babayagas, une maison pour personnes âgées, qui se veut : autogérée, féministe, solidaire, citoyenne et écologique. La maison est en construction à Montreuil.

Témoignages et discussions.


 

  Du vendredi au dimanche 26, 27 et 28 octobre 2012

vendredi et samedi à 20h30 - dimanche à 16h

 

Iphigénie

de Jean Racine 

 par la Compagnie Ligne 9 théâtre


Tarifs : 8€ - 5€ - Réservations : 01 49 35 03 02

En savoir plus : télécharger le dossier de presse (format PDF)


 


  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


lien permanent

SEPTEMBRE 2012

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan

  


Lors des manifestations se déroulant dans la grande salle,

  vous avez accès à l'exposition :   La Traversée des langages d'Armand Gatti


 

Samedi 1er septembre 2012 à 20h30


Grande salle

 

Nouvelle création d'Armand Gatti
Rosa Collective
 

Représentation supplémentaire le samedi 1er septembre à 20h30 : COMPLET

 


=>Plus d'informations sur www.armand-gatti.org


 


Vendredi 21 septembre 2012 à 19h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue de La Parole errante)


La revue d'enquête et de critique sociale Z présente son numéro 6 sur le nucléaire

 

Site de la revue Z : www.zite.fr




Samedi 22 & dimanche 23 septembre 2012


Grande salle


  L'Amorce   coopérative de diffusion

(détail du programme sur leur site)



 


Du 27 septembre au 5 octobre à 21h
 en septembre les 27, 28 et 29


Grande salle

Valère Novarina
La Chair de l'homme

 

Tarifs : 14€-10€. Réservations : 06 32 38 17 42

Informations :  télécharger le flyer


 


Dimanche 30 septembre de 15h à 19h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue de La Parole errante)

 

L'oiseau au fond à gauche
collectif pour des écoutes publiques


vous invite à une 1ère séance d'écoutes : 

# 1. Tempêtes et bonaces*

 

* bonace : calme plat de la mer avant ou après une tempête. 


Le projet

 
Un rendez-vous tous les deux mois pour partager une écoute de différentes œuvres sonores autour d'un thème. C'est la proposition qui est faite à partir de ce mois de septembre. Se poser sur un coussin, bien calé-e dans une chaise ou allongé-e sur un tapis pour entendre du documentaire, de la fiction, des paysages sonores en passant par d’autres objets sonores non identifiés. Les sélections se veulent aussi éclectiques que le groupe que nous formons, appelé à s'élargir aux bons vouloirs des auditeurs curieux. On aura le souci de répondre à cette devise : Ecouter c'est bien, mais collectivement c'est mieux, surtout si l'on peut discuter avec les auteurs des œuvres.
Le premier thème est celui de la tempête, celle des éléments qui se déchaînent ou bien de nos tourments intérieurs. Elle peut être par moment bruyante et stridente et parfois laisser la place à un silence qui glace. La tempête est multiple, notre écoute le sera, elle aussi, le dimanche 30 septembre à partir de 15h à La Parole Errante.

Apportez vos coussins !

 

Au programme


Huaribamba, 6min, composition sonore de Christian Galaretta, 2006, silenceradio.org
La radio du poste médical d'Ocoyo reste allumée jour et nuit en cas d'alerte. C'est le seul moyen de communication entre les villes de cette zone qui est une des plus pauvres du Pérou. Huaribamba est le nom d'un village que l'on cherche à joindre ce jour-là, mais sans succès. En effet, des tempêtes provoquent parfois des interférences et des ruptures de communication. Dans ces moments-là, les transmissions radio possèdent d'étranges comportements.


Maremoto, 13min, fiction sonore de Gabriel Germinet, 1924.
En octobre 1921, Radio Paris diffuse Maremoto, la toute première fiction radiophonique. Mais aussi la première panique radiophonique de l'histoire ! Les auditeurs qui captèrent l'émission crurent assister en direct à un authentique naufrage. L'émission fit la une des journaux le lendemain de sa diffusion, et fut interdite par... le ministère de la Marine.


Enfer de zinc, 2min30, paysage sonore de Philippe Vandendriessche, 2005, silenceradio.org
Carlingue brinquebale. Ferraille fracas.
Tempête de nuit dans un hangar à avions du côté de Grimbergen.

 

Tempête 99, 38 min, essai sonore de Benoît Artaud, 2001  
Les récits de la tempête de la fin 1999 par de vieilles et vieux périgourdin-e-s se frottent aux récits de tourments intérieurs par un drômois et un stéphanois. Tempête dehors dans la nuit ; tempête sous un crâne. Un essai radiophonique sur la polysémie des mots pour accéder à l'indicible de ce qui souffle dans nos têtes.


Vendredi hidden track, paysage sonore de Philippe De Jonckheere, desordres.net, 2012
« Soudain la lumière a diminué dans le garage et un orage de grêle s’est abattu sur le quartier, et dans mon dos j’ai entendu une sonorité tout à fait inhabituelle, le tintement de la grêle retransmis par le tuyau de cheminée de la chaudière. Cette sonorité paraissait dérisoire en comparaison des hallebardes qui tombaient. Je suis remonté du garage en hâte pour aller chercher mon appareil-enregistreur, j’ai fait un réglage rapide et j’ai posé l’appareil en équilibre sur le capot de la chaudière et je suis retourné travailler devant l’écran... »

Portsall, 45min, documentaire sonore de Jean-Guy Coulange, 2010 (en sa présence)
Le 16 mars 1978, l’Amoco Cadiz contenant 227 000 tonnes de pétrole s’échoue sur les roches de Portsall et provoque une marée noire de plus de 350 km entre Brest et Saint-Brieuc.

 
Contact : loiseauaufondagauche@gmail.com




lien permanent

JUILLET-AOUT 2012

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan

 


Jeudi 30 et vendredi 31 aôut 2012 à 20h30

Grande salle

Nouvelle création d'Armand Gatti
Rosa Collective

 

Générale publique le jeudi 30 août à 20h30

Représentation le vendredi 31 août à 20h30 

Représentation supplémentaire le samedi 1er septembre à 20h30

 COMPLET TOUTES DATES

à La Parole errante à la Maison de l'arbre

9 rue François Debergue - 93100 Montreuil

Entrée libre. Merci de réserver par mail avec en objet ROSA en indiquant la date de votre choix, votre nom et le nombre de personnes à  courrier@laparole-errante.fr 


En savoir plus (lien vers www.armand-gatti.org)

 


Dimanche 1 juillet 2012 à partir de 11h

Grande salle


Travail social et luttes précaires,
des deux côtés du guichet

 

en présence du collectif NRV, de Précipité, du CREA et du GPS de Toulouse

 

Le collectif NRV (collectif de réflexion autour du travail social) propose une journée de débats, d’ateliers et de diverses festivités autour du travail social et de la précarité.
Depuis quelques années la logique économique et les lois du management réorganisent totalement le « travail social ». De « l’autre côté du guichet », les chômeurs et les précaires subissent aussi de plus en plus de contraintes managériales, et doivent sans cesse produire des preuves d’insertion. Alors que la précarité de l’emploi concerne toujours plus de salariés (les travailleurs sociaux n’en sont pas exclus), quelles seraient les possibilités de liens, de complicité, entre les deux côtés du guichet ?
Dans cette logique de décloisonnement, le collectif NRV prépare cette rencontre avec un collectif de chômeurs et précaires, les CAFards de Montreuil. Sont également invités des participants à des expériences récentes d’occupation de lieux menés de façon conjointe par des « mal-logés » et des « travailleurs sociaux » à Nantes, Marseille, Lyon et Toulouse, notamment du CREA (Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion) et du GPS (Groupement pour la Défense du travail Social).


Ateliers : Des petites histoires de l'ordinaire ; expériences du social et autres...

Table ronde : De l'autre côté du guichet ? Entre usagers et travailleurs sociaux, des barrières à briser !

Concerts : Bad Reputation (Disco-Punk) + Nunc est Bibendum (Punk délire)

Ballet : Le lac des slips, par les Potof Prod

+ Repas, tables de presse, Zone de gratuité, Espace enfants, Expos...



Mardi 3 juillet 2012 à 19H30

Café Michèle Firk


Discussion avec des camarades de New York autour des formes d'organisations contre la crise économique

 
On profite du passage d'amis New Yorkais pour entendre des histoires de là-bas, d'Occupy Wall Street ( voir manifestation du 6 juin) à la vie difficile d'une librairie politique au coeur de Manhattan, liées au contexte de crise qui particulièrement aux Etats-Unis renforce le poids des endettements étudiants, immobiliers, etc. Ils raconteront surtout les formes de luttes contre l'endettement, contre la crise ces dernières années à New York. Le mouvement occupy continue de nombreuses actions dans toutes les Etats-Unis, encore tout récemment contre les expulsions de logement : http://occupywallst.org/article/june-21-national-day-action-cruz-family/

 


Vendredi 6 juillet 2012 à 19H30


Café Michèle Firk


Discussion avec Carlos Manzo, de l'isthme de Tehuantepec au Mexique, pour parler des ravages de l'écologie industrielle qui projettent de construire à Tehuantepec des centaines d'éoliennes


L'isthme aujourd'hui, c'est une région chaque fois plus envahie de milliers de moulins a vent, où les communautés de pécheurs et de paysans craignent de perdre la fertilité de leurs terres, voir disparaitre les oiseaux, infecter les lagunes par l'huile des hélices d'éoliennes, etc... Il y a eut dernièrement des conflits assez forts, les habitants de
deux des municipalités du coin ont mis leurs maires dehors pour leur complicité dans la cession sans l'accord des habitants des terres communales.
Carlos Manzo est de passage en Europe pour participer au 2ème forum européen contre les Grands Projets Inutiles Imposés du 7 au 11 juillet à Notre-Dame Des Landes.
http://forum-gpii-2012-ndl.blogspot.fr/
Il vient aussi pour présenter son dernier livre:  Communalité, résistance indigène et néo-colonialisme dans l'isthme de Tehuantepec dont nous discuterons aussi à l'occasion de sa venue à la librairie.



lien permanent

JUIN 2012

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan

 

 


Samedi 2 juin 2012


de 14h à 19h30

Montreuil sous voix

Chorales


à 15h et à 20h

Pauvres administrés

Théâtre

 

 

 

 

Montreuil sous voix

 


Dans le jardin de La Parole errante (lieu n°4, entrée côté rue François Debergue au n°7).

Nous accueillerons cette année une quarantaine de chorales qui nous offriront environ soixante minis concerts d'une demi-heure.

Ces concerts auront lieux en plein-air, dans six lieux simultanément, dans le coeur piétonnier de Montreuil aux abords de la rue du Capitaine Dreyfus.

 


Toutes les informations : www.montreuilsousvoix.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pauvres administrés

 

 Par la Compagnie Naje


 

Grande Salle


Lire l'article paru dans le journal Tous Montreuil, N°77, édition du 29 mai au 11 juin 2012

 

Un spectacle de théâtre-forum sur la mise à mal des services publics (hôpital, école, services municipaux, services sociaux, psychiatrie, prison, police, poste, 115) créé avec 45 comédiens professionnels et amateurs sur la base de témoignages de  nombreux salariés de la fonction publique et d'usagers des services.

Il s'agissait pour nous de comprendre ce qui est à l'oeuvre dans nos services publics, quels sont les mécanismes de la  transformation infernale qui est en cours, à qui cela sert et comment, ce que cela est en train de produire sur nous tous.

Il s'agit maintenant de vous livrer ce que nous avons appris et compris et de chercher ensemble quels sont les modes d'action possibles, comment les mettre en oeuvre, que peuvent faire ensemble les usagers et les agents des services publics.
Ce sera donc un spectacle de théâtre-forum (un spectacle d'une heure suivi d'un forum d'une heure avec la salle).

Réservation préalable obligatoire
Prix des places libre (de 0 à 20€ selon vos moyens)

Modalités d'inscription :
D'abord nous contacter par mail ou téléphone pour nous préréserver vos places.
Puis, pour confirmer vos réservations, nous envoyer un chèque de 5 euros que nous ne débiterons pas et que nous vous rendrons à votre arrivée au spectacle (seuls les chèques des personnes qui ont réservé des places et ne viennent pas seront débités, sauf bien sur les chèques des personnes qui nous auront fait part de leur empêchement au plus tard le 30 mai). Un billet de 5 euros est possible pour ceux qui n'ont pas de chéquier et, pour ceux qui n'ont ni chéquier ni les moyens de geler 5 euros quelques temps, leur parole suffira.


Email : fabienne.brugel@orange.fr      Téléphone : 06 82 03 60 83
Adresse postale : NAJE - 16 rue des Coquelicots - 92160 ANTONY

Prix des places : Une boite sera disposée à l'entrée pour que chacun participe selon ses moyens (cette année, notre action est très déficitaire).

 
Cette création a été soutenue financièrement par la Région Ile de france, par l'Acsé et par la fondation "Monde Solidaire".

 


Mercredi 6 juin 2012 à 20h 

 

 

Occupy wall street

 

Récit et discussion 

 

A la librairie Michèle Firk : 7 rue François Debergue.

 

Le mouvement de contestation américain ne s’est pas éteint après l’expulsion de Liberty Plaza, près de Wall Street. Les Occupy continuent d’occuper les rues de New York et de constituer des formes et des initiatives politiques propres aux USA qui interrogent toutes les autres, ici et ailleurs.
On discutera (après le récit des événements ces derniers mois à New York par un exilé temporaire) sur ce mouvement qui égare le militant ou l’anarchiste. À partir de discussion collective, les personnes engagées n’élaborent pas de revendications spécifiques, mais construisent bel et bien un rapport de forces à travers toutes les villes américaines.

 

 


Mercredi 6, jeudi 7 et vendredi 8 juin 2012 à 20h

 

Grande Salle

 

 

La Nuit des Rois de W. Shakespeare

par La troupe du théâtre

du Collège Fabien de Montreuil


 


 

Entrée sur invitation reçues exclusivement

 

 

La pièce est une adaptation de LA NUIT DES ROIS, de W.Shakespeare.
En tout, ce sont près de 40 élèves du collège Fabien qui se sont investis
cette année afin de mener à bien ce projet!
Il y a 18 comédiens de 5ème et de 4ème. Des élèves de 4ème
CHAM ont composé la musique de cette pièce festive et l'interpreterons sur place
les trois soirs des représentations (le Conservatoire nous prête des instruments).
 Les élèves de 3ème D P 3 (Découverte Professionnelle) ont créé les décors.
Le Club Dentelle "Les Doigts D'or" de Montreuil ont fait les accessoires/ bijoux de la pièce.


Lire l'article paru dans le journal Tous Montreuil, N°77, édition du 29 mai au 11 juin 2012

  

 

 

 

 

 

 


Samedi 9 juin 2012 à partir de 18h


Swaré Bèlè


 

Grande Salle

 

 


Manmay Bèlè, Moun Bèlè, Lékol Bèlè, Boukan et Les Périphériques vous parlent vous invitent à la grande Swaré Bèlè (de 18h00 à l'aube).
 
> Initiation en danse et en percussion (tanbou et tibwa) à 18h00
 > Début de la Swaré Bèlè à 20h30.

 

Le Bèlè (issu du « Bel air ») est une pratique artistique de Martinique qui mêle musique, danse, et conte. Il est l’héritage laissé par les ancêtres qui vivaient dans les « rues cases-Nègres » aux abords des plantations martiniquaises.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dimanche 10 juin 2012 à partir de 12h


La ville est à nous !


Montreuil (Collectif prenons la ville) / Ivry (Centre d’autodéfense contre les violences urbanistiques) /  Saint-Denis (Collectif Plaie commune) / Bagnolet

 

Grande Salle


12h : accueil, tables de presse, pot solidaire 

13h - 14h : Interventions sur les dynamiques des transformations de la ville (le PLU, les structures scolaires, les mécanismes de la « concertation ») 

14h - 15h30 : Présentation de divers collectifs et associations de Montreuil et d’autres villes (Bagnolet, Ivry, Nantes) 

15h30 - 18h : Débat et propositions pour les mobilisations futures et la mise en place d’une réflexion commune sur « nos projets » de ville.
Montreuil n’est pas à vendre, elle n’est pas offerte aux promoteurs, spéculateurs, élus… Elle est à nous qui la vivons.
Venez à la réunion de « la coordination » des habitants de Montreuil pour discuter de la ville que nous voulons et comment y arriver.
Des personnes et des collectifs d’autres villes de la région parisienne viendront aussi parler de la situation de leurs quartiers et des luttes en cours, pour que nous puissions mutualiser nos expériences.



Vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 juin 2012


 

 

Grande Salle


Festival Taparole

 

www.festivaltaparole.org

 

INFOS : 01 48 40 56 53  


POINTS DE VENTE HABITUELS - 
TARIFS : 15€ / 11€  / PASS 3 JOURS : 28€

Gratuit pour les -12 ans / Concert jeune public : 5€ pour les accompagnants

 

 Programmations & achats de places


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mercredi 20 juin 2012 à 20h

 

Réunion publique Oblomoff


A la librairie Michèle Firk : 7 rue François Debergue.


Groupe d’actions et de réflexion critique sur la recherche scientifique

20 h : Auberge espagnole
& Discussion pas très molle.


blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla
bloblo blabla blabla blabla bloblo blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla bloblo  



Samedi 23 et dimanche 24 juin 2012

(et le vendredi 22 juin à Paris)


Foire à l'Autogestion

 

www.foire-autogestion.org

 

Grande Salle

 



Programmation

 


Vendredi 22 juin

Lieu : le Lycée autogéré de Paris (LAP, 393 rue de Vaugirard, métro Convention), qui fête ses 30 ans.

En soirée : forum « Autogestion et pédagogie »

Avec, entre autres, Laurent Ott (enseignant, auteur et membre de l’Icem-Pédagogie Freinet), des actrices et acteurs du Lycée autogéré de Saint-Nazaire (sous réserve) et du Lycée autogéré de Paris, de la tendance intersyndicale Émancipation, de SUD-Éducation et Raoul Vaneigem [sous réserve].


Samedi 23 juin

Lieu : La Parole errante à Montreuil (9 rue François-Debergue, métro Croix-de-Chavaux).

Stands, buvette, animation musicale, vidéos, ateliers, débats… Plus d’une cinquantaine de structures participantes.

10h : Ouverture de la Foire à l'autogestion

11h-13h : forum « Autogestion, syndicalisme et luttes sociales »

Avec, entre autres :

  • Julien Gonthier (Solidaires-Industrie), qui évoquera le travail pour implanter un syndicalisme de lutte et autogestionnaire dans l’industrie ;
  • le conseiller juridique d’un syndicat du nettoyage, qui nous parlera de l’auto-organisation des luttes des travailleuses et travailleurs, souvent immigrés, parfois sans papiers ;
  • des anarchistes grecs, qui évoqueront le mouvement populaire dans leur pays ;
  • une actrice des CAFards (Montreuil), qui évoquera l'expérience de l'Assemblée générale interprofessionnelle de Montreuil en 2010, dans la lutte pour la défense des retraites.

14h-16h : forum « Autogestion et production 1 : reprendre une entreprise »

Avec, entre autres :

  • Benoît Borrits (économiste, Les Alternatifs) évoquera le potentiel subversif et les limites de la reprise en mains ;
  • une ou un représentant d’une entreprise reprise en mains par ses salarié-e-s fera part de leur expérience concrète ;
  • Frank Mintz (traducteur, tendance intersyndicale Autre futur) fera le bilan des récupérations d’entreprises en Argentine.

17h-19h : forum « Autogestion et production 2 : monter une production alternative »

Avec, entre autres :

  • Julie, de la ferme coopérative La Clémenterie (Ardèche) ;
  • Christian Vaillant (scop La Navette) et plusieurs intervenantes et intervenants du réseau d’entreprises autogérées REPAS (scierie Ambiance Bois, filature Ardelaine…), qui parleront de leurs projets et de leur parcours ;
  • Michel Besson (coopérative d’alimentation Andines, sous réserve) évoquera le travail pour faire vivre une « économie équitable » avec près de 300 groupes de productrices et producteurs palestiniens, nigériens, burkinabè, sud-américains, indiens, espagnols…

20h-23h : soirée festive

Avec, entre autres, DJ Kind of Red aux platines.


Dimanche 24 juin

Lieu : La Parole errante à Montreuil (9 rue François-Debergue, métro Croix-de-Chavaux).

Stands, buvette, animation musicale, vidéos, ateliers, débats… Plus d’une cinquantaine de structures participantes.

11h-13h : forum « Décroissance et autogestion »

Avec, entre autres :

  • Paul Ariès (politologue et écrivain) ;
  • Alex, syndicaliste et animateur de l'émission Les Mangeux d'terre sur Radio libertaire

14h-16h : forum « Autogestion et projet de société »

 En cours d’élaboration. L’ambition est d’évoquer, dans les grandes lignes, ce que pourrait être une société post-capitaliste, tout en dégageant les points d’interrogation et les points de désaccord reflétant le pluralisme des structures participant à la Foire. Suspense !

Tout au long du week-end :

Des ateliers pratiques, des débats, des projections vidéo. Le programme est en cours d’élaboration, mais ont d’ores et déjà été proposés par les structures participantes :

Parmi les ateliers pratiques :

  • autogestion et quartiers populaires ;
  • cuisine ;
  • jeu coopératif ;
  • secourisme ;
  • édition/diffusion ;
  • Internet et révolution ;
  • comment se débarrasser des chefs ? ;
  • partager le pouvoir et libérer la parole…

Parmi les débats :

  • féminisme ;
  • le Printemps arabe et ses suites ;
  • autogestion et technologie ;
  • Lip-Larzac, avec les films de Christian Rouaud et lui-même (sous réserve)
  • éducation…

 


Jeudi 28 juin 2012 à 20h  


  La numérisation des radios

A la librairie Michèle Firk : 7 rue François Debergue.

 

Plusieurs acteurs des radios associatives : des personnes de FPP (Fréquence Paris plurielle), Radio Canut (Lyon) et Loïc Chussau du Groupement des radios associatives de la métropole nantaise.


Il est prévu dans plusieurs années de supprimer la bande FM pour basculer les radios dans un mode de diffusion numérique et sur d’autres gammes de fréquence (Radio numérique terrestre, RNT). La bascule est déjà en place puisque beaucoup de radios proposent déjà la double diffusion FM + RNT.
Malgré de nombreuses réticences depuis son lancement officiel en 2007, le développement de la RNT s’est accéléré en 2012 sous l’impulsion du CSA. Pourtant, le changement est conséquent : remplacement des postes de réception, des émetteurs, perte d’autonomie dans la diffusion pour les radios locales, coûts supplémentaires, risquent de laisser de côté des radios associatives. Or la diffusion FM fonctionne bien et le passage à la RNT ne signifiera pas une amélioration de la qualité d’écoute. De nombreux autres points seront soulevés lors de la discussion, notamment sur les différentes prises de position au sein des radios associatives par rapport au changement radical de radiodiffusion proposé pour le futur.

 


Vendredi 29 juin 2012 à 20h


 

Les Editions Quartett vous invitent à venir écouter des extraits des trois dernières pièces publiées

 

 

 

Prodiges

 de Mariette Navarro


Never, Never, Never  

de Dorothée Zumstein


Intégral dans ma peau

de Stéphanie Marchais


Les lectures seront dirigées par Olivier Hamel.
 
Les comédiens / lecteurs seront :
Agnès Sourdillon
Marie Micla
Juliette Croizat
Olivier Hamel
Christian Macairet
 
Ces lectures seront suivies d'un échange avec les auteurs. Buffet à l'issue des lectures.
 
Les éditions Quartett vous invite à venir nombreux pour ces premières lectures qui se renouvelleront quatre fois par an.


Pour confirmer votre présence, merci de téléphoner à M. Christian Macairet au 06 37 08 85 75


 

 

 

 



  

Samedi 30 juin 2012

 

à partir de 13h  

 
 Nous sommes la crise !

Journée de discussion et de réflexion autour du livre

Grande Salle

14h Projection du documentaire Viva Mexico ! de Nicolas Fossé (120 minutes, 2010).
Dans un voyage des montagnes du Sud-Est mexicain jusqu’à la frontière nord avec les États-Unis, le sous-commandant Marcos et le peuple du Mexique dessinent le visage oublié d’un pays. Une célébration de la lutte pour la terre et la dignité.

16h Projection du documentaire Debtocracy/Χρεοκρατία, la gouvernance par la dette de Aris Hatzistefanou et Katerina Kitidi (75 minutes,  2011).
Deux journalistes grecs décortiquent le système des dettes des États et s’interrogent sur leur légitimité. Qui doit payer et pourquoi ? Ces dettes sont-elles les fatalités que l’on nous présente ? Diffusé sur Internet sous licence Creative Commons, ce documentaire a secoué la Grèce.

18h  Discussion autour du livre Crack Capitalism : 33 thèses contre le capital, de John Holloway. En présence de José Chatroussat (traducteur). La théorie critique n’a pas dit son dernier mot !

20h  Concerts avec Joke (funky punk erroriste),  The Schlockmeisters (Thierry Cochran, Frank Williams et Reno, punkabilly acoustique),  Mauricio Santana (hip hop jazz),  Fred Alpi (blues rock libertaire),  Paul Leclair (DJ set)
 
à  15 h  

Miss Griff association  

Présentation des travaux de l’atelier

« Personne-Acteur-Personnage »


« Y a t-il une scène pour parler à qui on ne peut plus parler ? »

Oui, sans doute, mais c’est une tentative risquée que d’en faire théâtre : nos acteurs participants ont pourtant cherché comment mettre à la scène publique ces dialogues qui se jouent proprement sur une scène intérieure, ces discours de la plus haute importance qu’on entretient avec ceux qui ne peuvent plus les entendre, ou encore ces cris qu’on adresse à qui l’on n’ose pas parler. Un monde, qui si on l’écoutait, recouvrirait bien des bavardages.

Comme toujours, la présentation sera suivie d’un long échange avec les spectateurs.

Théâtre et vidéographies – Durée 2H

Entrée libre - Réservation souhaitée : 01 46 64 81 50



lien permanent

AVRIL 2012

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan

 

 


Le dimanche 8 avril à partir de 16h et le lundi 9 avril à partir de 15h


Projection / Discussion autour de la création de la coopérative de diffusion : L’AMORCE


Télécharger le programme

 

Une coopérative de diffusion est en train de se construire. Une première liste de films et de documents sonores a été établie. Chaque participant à la coopérative ne connaît pas tous les objets déjà rassemblés et mis en commun. Nous avons donc décidé d’un premier moment public pour les voir, les écouter, ensemble, avec d’autres. Et à partir de là, partager les questions que nous nous posons autour de l’existence d’un tel outil.

L’AMORCE, une coopérative.

Nous nous sommes décidés à construire une coopérative de diffusion. Un outil qui répondrait à des besoins, matériels,  existentiels, politiques. Nous, c’est à dire un groupe de gens qui bricolons avec des moyens  et dans des lieux plus ou moins choisis, souvent à plusieurs.

Cette coopérative regroupe des personnes et des objets : on met en commun, on partage. Elle s’articule autour de lieux, parce que les conditions dans lesquelles sont montrés et regardés les films, lus, parcourus ou écoutés tel ou tel objet  nous importent : la diffusion ne se réduit pas à une affaire de circulation.

Nous fabriquons, ça arrive : des films, des objets sonores, des journaux, des affiches, des livres, des choses entre les deux, entre deux formats, entre plusieurs questions. Et nous avons, entre autres soucis, celui de les montrer, de les partager, de les transmettre, que d’autres s’en saisissent. Comment se fait-il qu’au lieu de partage, il est dit distribution ? (Distribution d’ailleurs dont nous sommes privés ). Pour que ces objets puissent être vus, montrés, dans une salle de cinéma, dans le garage d’une maison, au détour d’une bibliothèque, sur le mur d’un immeuble, à l’occasion d’une fête ou d’une discussion, nous avons besoin de personnes à qui les confier et de lieux pour les accueillir. C’est-à-dire d’hospitalité.

Cette coopérative voudrait en être l’amorce.


www.lamorce.org 
 

L'Amorce
c/o Ozho Naayé
16, rue du révérend père Lucien Aubry

94 120 Fontenay-sous-Bois

cooperativelamorce@gmail.com


Samedi 14 avril 2012 de 9h30 à 22h

 

 

 

1ère grande vente régionale Emmaüs Ile de France


Le samedi 14 avril, achetez solidaire en soutien avec la nouvelle communauté Emmaüs de Paris !

 

Au programme meubles, vêtements, bibelots, tableaux, électro, livres, vaiselle…


Plus d’informations sur : www.emmaus-idf.org

 

 

 

 


 

 



Samedi 21 avril 2012 de 11h30 à 22h

 

Programme complet


 

www.lesperipheriques.org



Vendredi 27 avril 2012 à 18h30

Présentation du catalogue  

Hypothèses de travail pour entrer dans la Traversée des langages d'Armand Gatti

 
En savoir plus : lien vers www.armand-gatti.org
 



Samedi 28 avril 2012 à partir de 11h


Inauguration de La Maison de l'arbre et dernière rencontre autour de

La Traversée des langages d'Armand Gatti



 

Pour cette 6e rencontre autour de

La Traversée des langages en avril 2012, nous fêtons deux événements.


* La Maison de l'Arbre (dans les locaux de La Parole errante) est le lieu d'Armand Gatti à Montreuil, dont la réouverture officielle, après de nouveaux travaux est programmée en avril 2012.
** La Traversée des langages, quatorze pièces écrites par Armand Gatti qui viennent de paraître aux éditions Verdier. Ce cycle théâtral a, comme fil conducteur, la résistance menée par Jean Cavaillès dit « L'Inconnu n°5 », à la croisée des langages de la science, de la philosophie, de la poésie
.


En savoir plus : lien vers www.armand-gatti.org



Dimanche 29 avril 2012 à partir de 11h30


Inauguration du Café Michèle Firk

 

Sous l'impulsion de la Revue Z, le café Michèle Firk est devenu une librairie associative qui sera ouverte tous les jours ouvrables et organisera des rencontres.

Contact : michelefirk@riseup.net

 

  • 11h30 Projection de « Fleurs noires »- Film de Baptiste Bessette 36 min, prod. Zeugma films
    La mémoire de la bombe atomique et de ses terribles effets constitue l'identité de la ville de Hiroshima, reconstruite autour du Parc du Mémorial de la Paix. Mais le temps a effacé les traces de la désolation atomique et les arbres semblent pousser là depuis toujours...
  • 14h00 - 16h30 Représentation de « La Cigogne » - Pièce d'Armand Gatti, Cie Idéokilogramme
  • 17h00 Discussion publique organisée par l'Assemblée francilienne contre le nucléaire en présence de :
    Yûri Takahata, auteur, traductrice - La situation nucléaire au Japon Christian, cheminot - Les transports de matières radioactives dans l'industrie nucléaire
    Maxime de la maison de Bure - L'enfouissement des déchets nucléaires à Bure
    Une camarade de Chefresne - Résistance à la ligne THT en Cotentin Maine
  • 20h00  Repas de soutien - prix libre
  • 21h00  Concerts
    Actual Trio - Jazz
    Cocktail Mazel Tov - Klezmer
    Dance floor !


Café Michèle Firk - La Parole errante

au numéro 7 rue François Debergue - 93100 Montreuil.


lien permanent

MAI 2012

 

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan

 

 


Du lundi 7 au mercredi 16 mai 2012 à 20h30

Relâche jeudi et vendredi
Sauf dimanche et mardi 8 mai à 18h


GLOIRE AUX ENDORMIS 

d’après SIGISMUND KRZYZANOWSKI



Tarifs : TP : 14 €, TR : 10 €

RESERVATIONS : 09.54.47.17.93

Contact : compagnieneutrino@yahoo.fr



« Aujourd’hui, le 28 décembre 1950 est mort Sigismund Dominikovitch Krzyzanowski, auteur de littérature fantastique et génie négligé. »
Quelques mots dans le carnet du poète Chengueli et l’énergie de quelques fouineurs passionnés ont permis aux milliers de pages écrites par Krzyzanowski de ne pas être définitivement rayées par l’Histoire. Jamais publiées du vivant de leur auteur, elles portent un univers fantastique et philosophique, totalement inclassable par rapport à la littérature russe de son époque. Dans un autre siècle, Krzyzanowski appartiendrait sans doute à la lignée des «écrivains fantastiques», des Swift, des Poe.

Questionnant sans cesse le rapport de l’homme à l’univers, ces nouvelles ont aujourd’hui une résonance toute particulière. Gloire aux endormis, propose de faire vivre cette œuvre, de la faire sortir des rayons des bibliothèques en lui donnant la force de l’oralité et en montrant qu’elle peut être source de création.
C’est une invitation pour un voyage à la découverte de ce continent littéraire.

 

 

 

 

 

 

Sigismund Dominikovitch Krzyzanowski (1887-1950)
« Derrière ce nom improbable se trouve un homme, grandi en Ukraine, de parents polonais, choisissant la langue russe comme on se choisit une terre, choisissant Moscou comme on se choisit un écritoire où il meurt, trente ans plus tard laissant une œuvre unique de près de 3000 pages d’ « impubs » (œuvres non publiables donc non publiées...) Polyglotte, cosmopolite, contemporain aussi bien de Boulgakov que de Husserl, de Shakespeare, de Kant, de Bohr ou d’Einstein, il est un des rares écrivains de ce temps (1922-1950) dont l’écriture, à partir de Moscou et de ses labyrinthes visibles et invisibles, interroge, en de courts récits d’une écriture étincelante (contes, fables ? métaphores ? récits fantastiques ? prophéties ? réalisme du futur ?) non des évènements, mais la catastrophe langagière, devenue celle de notre temps. » Hélène Châtelain.


Télécharger le flyer

 

 


Samedi 19 mai 2012 à 18h


Projection du film Grandir de Bernard Josse et Etienne Moine


En présence de Maria Del Carmen Vasquez, fondatrice et directrice de la maison Nuestro Hogar



 

 

 

 

Ce film dépeint par petites touches le quotidien d´une maison un peu particulière, Nuestro Hogar (Notre Maison), où 15 enfants et presque autant d´adultes vivent depuis 7 ans une expérience qui a changé le cours de leur vie. Située à la périphérie de Quito (Équateur), Nuestro Hogar accueille de très jeunes enfants (entre 0 et 4 ans) rejetés et souvent maltraités par leur famille et les aide à se reconstruire et à retrouver leur dignité dans un environnement de calme, de sécurité et de très grand respect où ils sont acceptés et aimés.

Nuestro Hogar est une initiative d’Amigos de la Vida (AMI), une fondation équatorienne pour la protection de l´enfance, créée en 2004. Ses objectifs : accueillir, soigner, et éduquer les enfants en situation d´abandon, victimes de maltraitance, ou souffrant de handicap ; permettre à ces enfants de se réinsérer dans leur famille. Notre Fondation « Insolites Bâtisseurs » soutient ce projet depuis quatre ans en participant aux frais de fonctionnement du foyer AMI. Nous avons donc à coeur de faire découvrir l´action de la Fondation AMI à travers le film Grandir, d’autant plus qu’Etienne Moine l’un des réalisateurs est notre partenaire en Equateur. 

 

 

 

 

 

 


Mercredi 23 mai 2012 à 2030


 « Atomic Dance ou au commencement était la bombe… »

Allégorie du génocide nucléaire

  

Texte et mise en espace de Idir Tighilet

Régie, son et lumière Etienne Luneau.


Objet artistique vivant inspiré de la pièce de théâtre d'Armand Gatti, La Cigogne, où il est question de la véritable et extraordinaire histoire de l'ingénieur japonais Tsutomu Yamaguchi afin d'apporter contribution à l abataille en cours de l'Energie atomique.

 
Pris au piège entre deux champignons atomiques, un homme, dans les ruines radioactives d’Hiroshima réduites en cendres, tente la traversée de la ville défigurée dans le but de rejoindre Nagasaki sans se douter que la seconde bombe l’y attend. Mais Tsutomu Yamaguchi, car tel est son nom, pareil au ginkgo héroïque, restera debout.

Contact : idirtighilet@yahoo.fr - Tél : 0760958347
 

 

 

 


Samedi 26 mai 2012 de 19h à 21h


Université populaire de Montreuil : Montr'up


Le conflit Mapuche : projection (extrait) et débat

« NEWEN MAPU CHE »
La fuerza de la gente de la tierra
La force du peuple de la terre

 
Documentaire chilien 2010, 120mn, VOST, réalisé par Elena VARELA, cinéaste et journaliste chilienne, ex-détenue. Le film traite de la lutte clandestine et civile du peuple mapuche contre le gouvernement et ses militaires. Les mapuches revendiquent la récupération de leurs terres, l’abrogation de la loi anti-terroriste, démilitarisation de la zone mapuche et la libération des prisonniers politiques.

 

Suivi d'un débat :
Avec Sergio ZAMORA, d’origine chilienne. Il a été exfiltré en France à la suite de son arrestation et de sa torture par la police secrète du général Pinochet. Il est auteur de nombreux ouvrages - nouvelles, études et biographies.

Avec Julian Bastías qui a fait la 4ème de couverture de l’ouvrage de Sergio ZAMORA, Les guerriers du crépuscule. Brève histoire des Mapuche (1810 – 1884), publié chez Yvelinédition 2011.

 

Télécharger le programme (PDF)


Contact : montrup@hotmail.fr


 


 

lien permanent

MARS 2012

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan

 




Les lectures du Jardin des langages - lectures ouvertes 

  à La Parole errante au « Café » Michèle Firk.
Entrée libre.

Jeudi 1 mars 2012 à 19h19

Lecture d'extraits de Le chevalier inexistant

de Italo Calvino

Ce texte fait partie de la trilogie Nos Ancêtres, ainsi que Le Baron perché et Le Vicomte pourfendu

 

Le chevalier inexistant


"Plus qu'un roman fantastique ou de science-fiction, plus même qu’une allégorie selon laquelle rien n'est vrai, mais rien n'est gratuit, c'est une œuvre expérimentale pour laquelle le romancier partit d'une hypothèse délirante : celle de l'armure qui marche, qui est très active à la guerre, qui parle d’abondance, mais qui, à l'intérieur, est vide, est donc une inexistence pourvue de volonté et de conscience.
Dans cette revisite parodique des temps anciens, ce faux roman médiéval, les personnages sont torturés par une secrète angoisse qui était celle de Calvino qui se servit de la décadence des chevaliers pour mieux montrer la décadence de notre propre société.
Aussi ce roman est-il considéré comme le plus pessimiste de l'auteur. Pourtant, du sombre constat dressé, ne naît pas le désespoir, mais, au contraire, cet espoir : seule l'imagination est en mesure de sauver le monde en lui restituant sa part d'humanité, et c'est là le devoir de la littérature."


Au sujet de la trilogie Nos Ancêtres , Italo Calvino déclara :

« Ces trois histoires ont en commun le fait d'être invraisemblables et de se dérouler en des époques lointaines et en des pays imaginaires, d’être totalement fantastiques. Chacun des personnages s'impose volontairement une règle difficile et la suit jusqu'en ses ultimes conséquences, parce que sans celle-ci il ne serait soi-même ni pour soi ni pour les autres. La trilogie est basée sur les expériences portant sur le fait de savoir comment se réaliser en tant qu'êtres humains : dans Le Chevalier inexistant la conquête de l'être ; dans Le Vicomte pourfendu l'aspiration à une complétude par-delà les mutilations imposées par la société ; dans Le Baron perché une voie vers une complétude non individualiste à atteindre à travers la fidélité à une autodétermination individuelle : trois niveaux d'approche de la liberté. Et, dans le même temps, j'ai voulu qu'elles fussent trois histoires "ouvertes", comme on dit, qui avant tout tiennent debout en tant qu'histoires, par la logique de la succession de leurs images, mais qui commencent leur vraie vie dans le jeu imprévisible d'interrogations et de réponses qu'elles suscitent chez le lecteur. Je voudrais qu'elles puissent être regardées comme un arbre généalogique des ancêtres de l'homme contemporain, en lesquels chaque visage cèle quelque trait des personnes qui sont autour de nous, de vous, de moi-même. »



 

ATTENTION :
La représentation de La Cigogne d'Armand Gatti prévue le samedi 10 mars est annulée.
Les travaux effectués dans nos locaux ne seront malheureusement pas achevés à temps.



 

Colloque : "Un revenu pour exister".
 Entrée libre.   
Samedi 31 mars 2012 à partir de 9H30

 

Penser les conditions de mise en œuvre et anticiper les conséquences d’un revenu inconditionnel.

 

L'accroissement du chômage et de la précarité se traduit pour beaucoup par une discontinuité des revenus, par l’incertitude d’une vie au jour le jour... L’idée du revenu universel nous permet d’envisager un dépassement des contradictions du système économique contemporain. Il permet une répartition ambitieuse des richesses pour que chacun puisse vivre dignement.

Ce colloque invite chercheurs, militant-es et citoyen-nes à poser la question de la mise en place d’un revenu universel. Nous vous proposons d’explorer ensemble les changements qu'il suppose, dans l'organisation et dans les représentations de l'homme au travail, de la protection sociale des individus, de la rémunération des tâches pénibles...

Comment  permettre l'existence et la reconnaissance de chacun sans une sécurité durable et saine, source de liberté ? Quels sont les enjeux soulevés par chacune des options concernant le financement et la distribution de ce revenu ?


 

Inscriptions et plus d’infos sur www.pourunrevenusocial.org



9h30-10h : Accueil des participants

10h-11h30: L’idée d’un revenu universel/inconditionnel/d’existence/social: concept général.

11h30- 13h00: Un revenu pour tous, mais à quel montant? Comment financer un tel revenu?

14h- 15h30: Ce que les mouvements sociaux ont à dire (et à espérer) du Revenu Universel.

15h30- 17h: Repenser l’accompagnement et transformer les parcours de vie.

17h-18h: Conclusion : Une expérimentation locale du revenu universel. 



Organisé par le collectif POURS, en partenariat avec la revue Regards, Alternatives économiques, Politis et Basta !

 

contact@pourunrevenusocial.org

lien permanent

FEVRIER 2012

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan




Les lectures du Jardin des langages - lectures ouvertes

Tous les jeudis à La Parole errante au « Café » Michèle Firk.
Entrée libre.

Jeudi 2 février 2012 à 19h19

Lecture de L'avalée des avalées (1966)
de l’écrivain québécois Réjean Ducharme
.


Déloger les treize tuiles de céramique de l’armoire où l’on est enfermée, avec pour seul outil une épingle de nourrice ;
Sauter dans l’eau glacée du Fleuve St-Laurent. Partir. Découvrir le monde ;
Écrire des lettres d’amour impudiques à son frère aîné…
«Il ne me manque du héros que l’acte héroïque», dit Bérénice, la narratrice de L’avalée des avalées. Rebelle sans quête, elle répond à la violence de son environnement par un vœu de «sans-compromicité» : non aux demi-mesures ; oui aux démesures qui se succèdent. L’air n’est respirable que s’il est saturé – de mépris, d’espoir acharné, d’amour, d’insoumission.
Tout aussi insoumise, la langue de Réjean Ducharme refuse ordres et désordre : ludique et rigoureuse, elle tourne en spirale : elle va quelque part, mais savoure les détours ; elle joue ; se joue de nous ; énerve ; amuse ; chante. Invite. Accueille. Avale.




Les lectures du Jardin des langages - lectures ouvertes 

Tous les jeudis à La Parole errante au « Café » Michèle Firk.
Entrée libre.

Jeudi 9 février 2012 à 19h19

Lecture d'extraits de Le Procès et de Le Château
de Franz Kafka

(1883 Prague – 1924 Vienne)


On pourrait dire que choisir de lire ces textes de Kafka, c'est un choix facile. Un choix qui n'engage plus trop. Un choix assez évident.
Vous qui allez venir, peut-être, connaissez sûrement cet auteur, l'avez déjà lu ou tout du moins vous attendez à un genre de récit, une atmosphère particulière, « kafkaïenne », peut-être ?
Pourtant en relisant avec moins d’à priori (positifs ou négatifs) ces livres, on y trouve beaucoup plus qu'une simple peinture d'un monde obtus et froid, lourd et pesant, étouffant, mortel.
On dépasse de très loin le simple réalisme opiniâtre qui permet de démontrer l'absurdité d'une telle société. Au delà de cette réalité bureaucratique jusqu'au boutiste et de sa critique nécessaire se développe un conte féerique, irréel et magnifiquement incohérent. On dérive en plein rêve, un rêve si subtil qu'il nous semble possible. On s'y perd, on ne sait plus où se rattraper.
Puis on se noie, en apnée, délirant. C'est superbe.




Les lectures du Jardin des langages - lectures ouvertes
Tous les jeudis à La Parole errante au « Café » Michèle Firk.
Entrée libre.

Jeudi 23 février 2012 à 19h19

 
Lecture d'extraits de « J’ai voulu porter l’étoile jaune »
Journal de  résistance de
Françoise Siefridt

 

 C’est le jour même de l’ordonnance nazie imposant le port d’un insigne à tous les Juifs que Françoise Siefridt une étudiante chrétienne décide d’arborer une étoile jaune avec l’inscription, « papou »pour en dénoncer le caractère barbare et humiliant, un geste  qui lui vaut d’être arrêtée par la police français pour « délit de solidarité » et forcée d’arborer sur la poitrine  la bande "Amie des Juifs" . De juin à septembre 1942, au cours de son internement aux camps des Tourelles, puis de Drancy, elle a tenu son journal.

 

Françoise Siefridt portant l'étoile jaune et la bande "Amie des juifs" après sa sortie à Drancy. (c) Archives privées de F.Siefridt.


 

Bande  de tissu imposée par l'occupant aux porteurs d'étoile non-juifs au cours de leur internement (c) Mémorial de la Shoah

 

Présenté , lu et raconté par
 FRANCOISE MANDELBAUM-REINER


Fille de parents juifs polonais, son père a été déporté à Auschwitz, et sa mère sauvée par des « non juifs » au moment des grandes rafles.  Françoise, elle,  a été « adoptée » par une famille d’accueil, Mr et Mme Pouget, de janvier 1943 à septembre 1944, à la Mairie d'Aulnay-sous-Bois,  où lis étaient tous les deux employés. En février 2012, ils ont tous deux été officiellement reconnus  en tant que JUSTES PARMI LES NATIONS.


Extraits de la postface au livre de Françoise Siefridt (éditions Robert Laffont, 2009)

Les faits sont connus : Le 29 mai 1942 le Militärbefehshaber in Frankreich commandement militaire allemand en France, promulgue  la 8ème ordonnance antijuive portant sur le « signe distinctifs pour les Juifs » obligeant tous ceux de plus de 6 ans vivant en zone occupée à porter l’étoile jaune à partir du dimanche 7 juin. En réalité le texte ne stipule pas expressément l’ordre de porter l’étoile jaune mais interdit à tout Juif de sortir en public sana le mettre . Une nuance qui en dit long sur le sort réservé depuis 1940 aux juifs de France dont la vie se réduit à une succession d’interdictions : celle de sortir entre certaines heures,de changer de résidence, de posséder une bicyclette ou un poste TSF,d’exercer certaines professions… En juillet 1942 l’accès aux restaurants, cafés, théâtre cinémas, concerts,cabines téléphoniques publiques, marchés, piscines, plages, musées, bibliothèques, expositions, châteaux, manifestations sportives, champs de courses, lieux de camping et parcs leur sera également proscrit.
…Le 7 juin, la ville est fortement gardée par la police à pied, police montée,gardes et gendarmes sur cars et camions circulent, prêts à intervenir au premier signal..Contrôles volants  et barrages aux lieux stratégiques – Quartier latin, Champs-Elysées, Quartier Strasbourg Saint-Denis …
…Les autorités ont donné l’ordre d’interpeller toute personne non-juive, "tout Aryen" faisant un salut ostensible aux Juifs, portant une étoile de façon indue ou arborant un insigne détourné…
…de nombreux porteurs d’insignes détournés échappèrent aux filets de la police…On peut raisonnablement évaluer à plusieurs centaines le nombre de celle et ceux qui arborèrent à Paris des insignes sans y être contraints…

 


lien permanent

pages (1) 2