Donner à voir - Lucien Bonnafé
Exposition.
Montreuil à La Parole errante, du 17 novembre 2009 au 31 mars 2010


Un travail réalisé par Stéphane Gatti avec Jean-Baptiste Leroux,
Pierre-Vincent Cresceri, Benoît Francès, Benoît Artaud,
Cécile Geiger, Émilie Desjardin.
Une production de La Parole errante.

Cette exposition est consacrée à Lucien Bonnafé. Il était psychiatre. Il se décrivait désaliéniste.



Il a mis au centre de sa démarche d'écoute la poésie, mais pas seulement :


"
À la fin de sa vie, Bonnafé écrivait beaucoup. Il luttait contre la mise aux oubliettes. Il a été de certains combats contre Alexis Carrel et le sort réservé aux malades mentaux pendant la guerre. C'est un enseignement clinique structural pour moi. Il m'a passé, à moi comme à d'autres, ce choc extraordinaire qu'a été la guerre pour sa génération. Le désaliénisme n'est pas une décoration, comme l'ont aussi écrit Foucault et les anti-psychiatres italiens. Le pouvoir, lié au savoir, le fait de considérer l'autre comme un objet, a consisté dans un moment historique précis à pouvoir traiter les gens comme on le faisait dans les camps de concentration. Ce sont les psychiatres de cette génération, Bonnafé, Daumezon qui ont comparé l'univers psychiatrique durant la guerre à l'univers concentrationnaire. Il y en a certains qui ne s'en sont pas remis. Il y a différentes façons de ne pas s'en remettre. Certains n'ont parlé de rien et d'autres, comme Bonnafé, se sont sentis porteurs de cette histoire. Celle de la prise de conscience que, dans certaines circonstances, votre position de savoir et de pouvoir en vous autorisant à traiter les gens dans la prétention que vous connaissez leur bien, quel que soit le moment de leur vie, peut vous amener aux pires horreurs. Les pires horreurs ? 40 000 malades morts de faim et de froid."

Franck Chaumon
Psychiatre




« Notre culture poétique fraye pour nous des voies nouvelles à la communication. Elle nous permet de saisir des évidences neuves. Grâce à elle, nous avons accès à un registre verbal élargi, nous percevons mieux les harmoniques et les résonances, le monde du symbole devient mieux communicable, et notre expression elle-même rend un écho plus juste.
Ainsi, nous devenons plus efficaces. »

Lucien Bonnafé



Visitez notre site : Lire Lucien Bonnafé





Une précédente exposition autour de Lucien Bonnafé avait été réalisée en octobre 2005 :

Les Lits, la cuisine et le psychiatre : 5 expositions autour de Lucien Bonnafé




Mardi 17 novembre 2009 à 16h à La Parole errante à la Maison de l'Arbre



Conférence de presse autour de l'exposition

En présence de Hervé Bokobza, Yves Gigou, Roger Ferreri, Paul Machto.