Camille Claudel à Ville-Evrard
Exposition.
Ville-Evrard, du 8 au 15 mars 2005

L'hôpital de Ville-Evrard invite les visiteurs à un parcours-exposition intitulé Camille Claudel à Ville-Evrard. Ils pourront cheminer dans 5 lieux évoquant le séjour de Camille Claudel à la maison de santé de Ville-Evrard ou elle sera internée à partir du 10 mars 1913.



 

« Elle est l'artiste maudite, le génie méconnu,
la muse séduite et abandonnée, la femme exploitée,
le talent foudroyé, la beauté engloutie,
la sœur évincée, la fille rejetée, la rebelle séquestrée,
la folle mal entendue »

Danielle Arnoux



Cinq auteurs pour dire Camille Claudel :

Sur ordre du Conseil de la famille Claudel, Camille Claudel sculpteure est embarquée par deux infirmiers pour être menée à la maison (le santé de Ville Evrard. Nous sommes en 1913. La guerre arrive l’année suivante. Deux ans plus tard elle sera évacuée à Montfavet et ne sortira jamais de l'univers psychiatrique. La mère de Camille avait expressément recommandé aux médecins de ne la jamais laisser communiquer avec l'extérieur. Interdite d'envoyer du courrier. Interdite d'en recevoir. Enfermée, isolée, coupée de tous et de ceux qui s'intéressaient à soit travail. Puisqu'il n'y avait que ceux là qui cherchaient sans succès d'avoir de ses nouvelles. Rayée. Elle disparut comme les fous pauvres de la guerre de 40 45 en mourant de faim, victime de la pénurie alimentaire codifiée par le ministère de la Santé du gouvernement Pétain. La génération de l'après guerre ne se soucia luis de cette disparition. Il fallut attendre les années 80 pour que celle qui avait disparu dans l'ombre de Rodin et de Paul Claudel refasse surface. En vingt ans, des femmes, le plus souvent, ont travaillé à rendre sa place à l'artiste, à mettre (écrire) en clair la tragédie qu'elle avait vécue. Chacune au titre de sa spécialité a reconstruit l'univers (le Camille Claudel — comme romancière, comme historienne de l'art, comme psychanalyste.
Il y a
Danielle Arnoux qui a écrit « Camille Claudel, l'ironique sacrifice »
Anne Rivière qui a participé au « Catalogue raisonné »
Marie Magdeleine Lessana qui a publié « Entre mère et fille : un ravage »
Anne Delbée auteur de « Camille Claudel, une femme »
Reine Marie Paris, petite nièce de Camille qui a écrit « Camille Claudel »

Celles qui avancent vers Camille Claudel sont happées non seulement par le personnage mais aussi par la complexité dans laquelle elles s'aventurent.
Anne Delbée parie du « labyrinthe qui mène vers elle ».
« Elle est là bas, elle attend, il n'y a plus un instant à perdre, ce visage là bas qui crie dans la nuit, à moitié scellé, une femme. » Danielle Arnoux ajoute « d'où venait que Camille Claudel (et depuis quand ?) poussait à ce point là, les uns et les autres, et j'en fais partie, à écrire ? ».

Rendre hommage à Camille Claudel c'est aussi mettre en perspective ce qui a « poussé » ces femmes à écrire.




Un catalogue d'exposition a été réalisé Camille Claudel à Ville-Evrard (54 pages) :
Commander le catalogue : 10€ + frais de port


 

Ce parcours a été réalisé par Stéphane Gatti et l'équipe de La Parole errante. Il a été rendu possible par la collaboration entre le Comité Régional du Tourisme d'île de France, le Conseil Général de Seine-Saint-Denis, et l'EPS de Ville-Evard.