Comme un papier tue-mouches dans une maison de vacances fermée
Exposition
Montreuil, du 20 novembre 2008 au 8 juillet 2009
Vernissage le 17 novembre 2008 à 18h30

« Nous sommes partis des archives de Jean-Jacques Hocquard passées au crible des écritures gattiennes, dépliées par les auteurs mêmes des tracts et des journaux de Mai, dépoussiérées par ceux qui depuis 68 en ont développé les pistes ».

L'exposition "Comme un papier tue-mouches dans une maison de vacances fermée..." est une circulation dans les écrits de Mai 68.
D'abord les tracts du 22 Mars puis le journal Action, les journaux de ceux qui voulaient fonder un parti, La Cause du peuple, Rouge et enfin les journaux de ceux qui suivaient le mouvement comme Tout !, les Cahiers de Mai, Le Torchon brûle.
Ce trajet qui suit les quatre murs de la salle est ponctué par les pièces d'Armand Gatti durant cette période.
En contrepoint dans des cabines, on peut entendre ceux pour qui 68 était le début ou le démarrage vertical d'un travail de longue haleine. Philosophe, agriculteur, anthropologue, chômeur s'y côtoient.
Un chercheur irlandais nous a demandé ce que nous avions conclu de cette plongée de six mois dans les archives. Nous sommes restés cois car loin de vouloir boucler cette histoire, nous avons voulu l'ouvrir le plus largement possible.
Dans un couloir qui longe la salle sont affichés les principaux textes d'Armand Gatti à Berlin. Après l'interdiction de La Passion du général Franco par le gouvernement français, Gatti s'est exilé à Berlin. C'est là qu'il a découvert l'extrême gauche, qu'il a manifesté avec elle.
L'exposition a été conçue pour accueillir pendant quatre mois des rencontres reprenant les thèmes exposés et les débattre.



Télécharger le descriptif complet de l'exposition



Parutions autour de l'exposition :



Ouvrir le livre de Mai (Tracts et journaux)

Catalogue et entretiens filmés avec :
Tracts du 22 Mars
: Jean Pierre Duteuil et Prisca Bachelet / Action : Jean Schalit et Marc Kravetz / Cahiers de Mai : Jean-Louis Péninou / La cause du peuple : Jean-Pierre Le Dantec / Rouge : Daniel Bensaïd / Vive la révolution : Tiennot Grumbach / Tout : Roland Castro / Le torchon brûle : Nadja Ringart / L'idiot international : Jean-Paul Dollé.



Éditions La Parole errante, 2008 (297 pages)
Commander le catalogue (20€ + frais de port)



Mai 68 ? (Vivre les questions)

Entretiens filmés et retranscrits avec :
Henri Benoit, dessinateur industriel
/ Daniel Bensaïd, philosophe / Paul Brétécher, médecin psychiatre / Laurent Cartier, agriculteur / Francine Demichel, juriste / Patrice Duprat, chômeur/ Jean-Pierre Duteuil, éditeur / Daniel Guibert, architecte / Nicolas Hatzfeld, historien / Marc Kravetz, journaliste / Jean-Pierre Le Dantec, ingénieur / Françoise Lenoble Prédine, puéricultrice / Gus Massiah, fondateur du CEDETIM (Centre d'études et d'initiatives de solidarité internationale) /Gilles Olive, ingénieur / Jean-Claude Polack, médecin psychiatre/ Anne Querrien, sociologue / Jacques Rancière, philosophe/ Emmanuel Terray, anthropologue / Marie-Noëlle Thibault, historienne et écrivain / Jean-Pierre Thorn, cinéaste.



Écrire en mai 68 / Armand Gatti

Catalogue et entretiens filmés avec :
Jean-Jacques Hocquard, Hélène Châtelain, Francis Gendron, Jean-Louis Pays, Dominique Lurcel, Daniel Dubois, Monique Charrier, Michel Séonnet.



Éditions de La Parole errante, 2008 (292 pages)

Commander le catalogue (20€ + frais de port)

Dans le cadre de l’exposition Comme un papier tue-mouches dans une maison de vacances fermée (jusqu’au 10 mai 2009, à La Maison de l’Arbre, Montreuil) la Parole errante publie Écrire en mai 68 / Armand Gatti, un livre-catalogue qui témoigne de la présence théâtrale débordante de Gatti en 1968 dans trois domaines: le livre, la scène, la rue. La même année en France, trois de ses pièces sont successivement publiées au Seuil: Les 13 soleils de la rue Saint-Blaise créée le 15 mars par Guy Rétoré au Théâtre de l’Est parisien; La Naissance, mise en scène le 18 septembre par Roland Monod à la Biennale de Venise puis reprise à partir du 8 novembre au Théâtre Romain-Rolland de Villejuif; La Passion du général Franco, qui doit être mise en scène par Gatti au TNP mais qui est interdite le 18 décembre suite aux pressions du gouvernement espagnol. À partir d’avril-mai, Gatti a commencé à écrire des pièces d’intervention – comme Les Hauts Plateaux qui parait dans le journal Action-pièces qui seront réunies plus tard sous le titre de Petit manuel de guérilla urbaine. La mort du lycéen Gilles Tautin, noyé à Flins en juin sera au centre de Interdit aux plus de 30 ans, pièce qu’il écrit l’année suivante. Recueil de documents parfois inédits, Écrire en mai 68/Armand Gatti propose des témoignages de collaborateurs proches de l’auteur, un décryptage partiel des cours qu’il avait donnés en 1970 à l’Université libre de Berlin, en particulier sur le théâtre de rue, un entretien avec Denis Bablet paru en 1971 dans la revue “Travail théâtral”, ainsi que le texte de L'Interdiction de La Passion du général Franco, impromptu que Gatti écrit en réaction à la censure de La Passion du général Franco. 68 est une année charnière où Gatti commence à expérimenter d’autres méthodes d’écriture: écrire la pièce en temps réel pendant les répétitions, faire des témoins de l’écriture les acteurs du spectacle, écrire dans la rue, inventer le théâtre hors du théâtre. Elles vont guider son travail jusqu’aujourd’hui.
(Présentation de : Orphéon Théâtre - Bibliothèque Armand Gatti)

 

 

Ce travail a été réalisé par Stéphane Gatti et Pierre-Vincent Cresceri assistés de Tiffany Anton, Benoît Artaud, Marie Baqué, Reyzane Benchiha, Thierry Braibant, Émilie Desjardins, Benoît Francès, Joachim Gatti, Cécile Geiger, Christiane Nebon, Jean-Marie Perdrix, Guillaume Tar Leplatois.

Producteur : Jean-Jacques Hocquard assisté de Chantal Duquesnoy,
Marie-Noëlle Sundheimer et Amélie Bataille.

Ce travail a été produit par La Parole errante avec le soutien du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France), du Conseil régional de l’Île-de-France, du Conseil général de la Seine-Saint-Denis,
de la Mairie de Montreuil.


VOIR AUSSI


L'exposition virtuelle sur le site de La Bibliothèque de documentation internationale contemporaine


 Les Années 68, un monde en mouvement :   

"Nouveaux regards sur une histoire plurielle 1962-1981"


En 2008, la BDIC a publié Les années 68, un monde en mouvement. Nouveaux regards sur une histoire plurielle (1962-1981) paru aux Editions Syllepse. La BDIC s’est associée à la Cité des mémoires étudiantes et à La Parole errante, pour réaliser une exposition virtuelle en continuité avec ce livre pour élargir délibérément l’approche temporelle et spatiale de « 68 ».
L’exposition, reflet des collections de la BDIC et de ses partenaires, met l’accent sur des aspects moins connus de la période, et déplace intentionnellement le regard pour s’interroger sur les héritages comme sur les ruptures : elle propose des éclairages originaux et ludiques sur ces moments de l’histoire suscitant les passions les plus contradictoires.
Parcourir les continents, de Chicago à Rome, traverser les événements dans leur ampleur sociale avec bien sûr les étudiants mais aussi les ouvriers, les paysans, les artistes. Rencontrer la diversité des engagements et découvrir les nouvelles formes de militantismes qui émergent alors, des féminismes aux antimilitarismes, des régionalismes à l’antipsychiatrie. Tout en rendant hommage à divers acteurs des années 68, les commissaires ont choisi dans les fonds des trois établissements une riche iconographie souvent inédite, mettant en relief l’inventivité des collectifs d’artistes soucieux de bouleverser les frontières entre art et politique.