FEVRIER 2016

 

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil 

Localiser sur un plan / Suivre     et   

 

Suivre les actualités du café Michèle Firk : michelefirk.noblogs.org

 

 


 

Mardi 16 et mercredi 17 février 2016 à 20H30

Jeudi 18 février 2016 à 19H

 

DEHORS DEVANT LA PORTE

 de Wolfgang Borchert - traduction Pierre Deshusses

Mise en scène Lou Wenzel

Avec le soutien de Dorénavant Cie.

Beckmann rencontre l'Elbe, scène de "Dehors devant la porte" © dr. Blogs Mediapart

Avec

Lorène Menguelti / Pierre Mignard / Nathalie Nell / Jan Peters / 
Richard Pinto /  Valentine Vittoz
 

Régie lumière : Benjamin Lascombe

Merci à Clarisse Gatti pour son aide technique

C’est l’histoire d’un homme, Beckmann, qui rentre chez lui, en Allemagne. Des portes grincent et claquent derrière lui. A l’intérieur des maisons, des hommes et des femmes vivent, parlent, lui parlent. Réalité ou hallucination ? Il ne le sait pas lui-même. A la fin il se retrouve toujours dehors devant la porte, comme tant d’autres, dans une Allemagne dévastée par la guerre. 

La langue de Borchert est vive, rythmée, musicale. L’humour ne cesse d’y déjouer le tragique et la dimension fantastique s’amuse du réalisme, ce qui donne légèreté au désespoir et puissance poétique à cette errance hallucinée.
Wolfgang Borchert n’a pas assisté à la première de sa pièce, le 21 Novembre 1947 à Hambourg. Il est mort la veille, à 26 ans, d’une tuberculose aggravée par les conditions terribles qui sévissaient sur le front russe où les nazis l’avaient envoyé pour s’être moqué de Goebbels dans un spectacle de cabaret. La pièce, d’abord destinée à la radio, eut un succès considérable. Elle fut traduite en plusieurs langues et le jeune poète quasi inconnu devint, au sortir de la guerre,  l’écrivain le plus célèbre d’Allemagne. Lou Wenzel  

LIRE => Lou Wenzel touche juste l’écriture fiévreuse de l’unique pièce du méconnu Wolfgang Borchert de Jean-Pierre Thibaudat, Mediapart, 13 avril 2015.

 

ENTREE LIBRE SUR RESERVATIONS

louwenzel@free.fr  06 26 75 38 39 ou arlette.namiand@wanadoo.fr



 

Du mercredi 24 février au samedi 5 mars 2016

A 20h30 - A 16h00 dimanche - Relâche lundi 29 février

 

L'ESPÈCE HUMAINE

 Mise en scène d'extraits du livre éponyme de Robert Antelme

Par la Compagnie Monsieur Madame 

 

Suivi d'un bord de scène avec l'équipe artistique, Olivier LE COUR GRANDMAISON et les différents partenaires et invités :

 
-LDH, Tactikollectif, CRAN, MRAP, Sortir du Colonialisme, UJFP, Centre Primo Levi, Les Sentiers de la Mémoire 
-Christian SAVARY, Bruce CLARKE, Edgar MORIN

Calendrier des intervenants
Mercredi 24 février Olivier Le Courgrandmaison et Edgar Morin
Jeudi 25 février UJFP Sonia Fayman 
Vendredi 26 février CRAN Louis Georges Tin
Samedi 27 février UJFP Michèle Sibony    
Dimanche 28 février Olivier Le Cour Grandmaison et le CRAN avec Louis Georges Tin 
Mardi 1 mars: Bruce Clarke Artiste plasticien et photographe
Mercredi 2 mars: Joséphine Vuillard Centre Primo Levi
Jeudi 3 mars Olivier Le Cour Grandmaison
Vendredi 4 mars Sibel Agrali Centre Primo Levi
Samedi 5 mars Gilles Manceron Historien LDH, Les Sentiers de la Mémoire Christian Savary

Mise en scène, dramaturgie, interprétation  Maylis Isabelle Bouffartigue - Co-dramaturgie Olivier Le Cour Grandmaison (Politologue, enseignant à l'Université d'Evry et au Collège International de Philosophie) - Interprétation Diogène Ntarindwa -Technicien lumière/Régie  Christophe Deflorenne

 


"
Il n'y a pas des espèces humaines, il y a une espèce humaine."
En réduisant l'Homme à son besoin le plus radical, celui de sa propre survie, les SS révélèrent malgré eux et au contraire de leur projet génocidaire, l'unité de l'espèce humaine. Robert Antelme a (sur)vécu un an dans les camps de concentration nazis. L'inimaginable expérience d'un homme, parmi d'autres, réduit à l'irréductible est transmise par sa langue, celle des camps, celle de ceux qui survivent. Ces mots sont mis en plateau dans cette création portée par la nécessité de la transmission de cette pensée qui montre par miroir ce qui nous unit tous.


LIENS DE DEUX ARTICLES D'OLIVIER LE COUR GRANDMAISON
Sur "Être sans destin" d'Imre Kertesz et "L'univers concentrationnaire" de David Rousset

Brèves notes sur une oeuvre souveraine : à propos d''Etre sans destin de Imre Kertész

Sur L'Univers concentrationnaire : remarques sur « tout est possible » Dans Lignes 2000/2 (n°2)


Production  Compagnie monsieur madame, Théâtre le Ring et l''Espace Appia -
Résidences  Foyer Rural de Saint Elix le Château, Salle Polyvalente de Lafitte Vigordane, La Parole Errante, le Ring, l'Espace Appia. 
Soutiens Ministère de la Culture, Conseil Régional et DRAC Midi-Pyrénées, Conseil Départemental 31, Madame la Sénatrice Christine Prunaud.
Partenaires : LDH, Tactikollectif, CRAN, Sortir du Colonialisme, UJFP, Centre Primo Levi Les Sentiers de la Mémoire Fréquence Paris Plurielle MRAP - Invité 
Bruce Clarke Christian Savary, Edgar Morin

 

ENTREE : 10€ RESERVATIONS :  06 33 06 97 05 06 44 74 46 32 

ciemonsieurmadame.wordpress.com 
Licence de 2éme catégorie n° 2-1042812
Compagnie monsieur madame / 2 place de la Perruque / 31310 Montesquieu Volvestre

 

Contact PRESSE : Samantha Lavergonolle 

01 73 73 82 21 / 06 75 85 43 39

lavergnolle2@gmail.com